Accéder au contenu principal

Woups!


Non, cette photo n'en est pas une de moi dans mon nouveau kit de la Française des Jeux, c'est juste une réplique de ce qui m'est arrivé dimanche au Grand-Prix de Sainte-Martine. 

Le vent souffle, on se retrouve dans la bordure et le gars devant moi se retrouve dans le gravier et ensuite dans le gravier mou! 

Voulant l'éviter alors qu'il ralentit dangereusement, je n'avais d'autres choix que de prendre le champ, débarquer et retourner sur la route pour ensuite voir que je n'avais pas les jambes pour rentrer sur le peloton qui n'était pourtant pas bien loin. Quoi qu'il en soit, j'avais juste à rouler en avant. À la semaine prochaine.

Le gag du jour appartient à M. Antoine Bécotte, qui m'a suggéré des études en agriculture pour la prochaine année!

C'est toujours un plaisir de se retrouver à la première course même si cette fois-ci je n'ai pas vraiment eu le temps de jaser avant le départ. Problèmes de valves et problèmes de vitesse, j'ai eu mes roues zipp en mode fonctionnelles la veille de la course, je n'ai pu les rouler en raison des aléas de la vie.

 Il s'est avéré que la loi de Murphy s'est acharné sur moi avant la course. Maintenant nous sommes mardi et tout est réglé. Voici ma belle machine 2010, pas besoin de laisser de commentaires pour me dire que je dois couper la tige de la fourche qui persiste toujours!!

Je me suis fait demander à plusieurs occasions si j'avais encore une équipe. Ouioui, nous sommes juste un peu pris de cour, mais je vais laisser les personnes concernées annoncer les choses en temps et lieu.

À part ça, plusieurs jeunes m'ont dit qu'ils lisaient mon blogue. On dit que les jeunes ne prennent pas goût à la lecture... j'ai toujours cru, même quand j'étais au primaire, qu'on devrait lire ce qui nous intéresse, ainsi le goût de lire se développerait plus facilement et nous ouvrirait des horizons nous amenant à lire des choses qui ne nous intéressaient pas à première vue.

Quand un jeune aime le bike, il devrait lire sur le bike, ce serait bon pour lui, même si ce n'est pas une oeuvre littéraire du style "le petit Prince". Et oui, y'a des enfants qui aiment mieux les Pinarello Prince et qui n'en ont rien à foutre de dessiner des moutons, c'est comme ça.

De mon côté, après un an à lire les codes de ci, les lois de ça et des piles de jurisprudence, je me gâte en ce moment en lisant le livre "Boy racer", écrit par le sulfureux petit sprinteur de l'équipe HTC-Columbia, Mark Cavendish. 

Je prépare un résumé littéraire sur cet ouvrage (oui oui, je lis avec un surligneur toujours aux aguets pour souligner les passages chocs) qui paraîtra sur mon blogue, probablement d'ici la fin de semaine, mais je ne promet rien. Vous savez, ces temps-ci...

Tout ce que je peux dire pour l'instant, c'est que c'est loin d'être un petit livre à l'eau de rose dans le style Lance Armstrong-Sally Jenkins. Je pense que le simple fait que Cavendish l'ait écrit lui-même et que la version anglaise soit la seule disponible sont les deux principaux éléments qui rendent cet ouvrage des plus authentique.

À suivre sur cette page!

Commentaires

Charly Vives a dit…
Hey Dave,

Ou as tu acheté Boy Racer ?

Tiens moi au courant,

Merci

Charly
Guillaume a dit…
Le livre de Lance c'est pas un livre sur sa vie c'est un recueil de citations ''clichées'' pour la motivation.

Avec en toile de fond, un drapeau des USA.
David Maltais a dit…
huh!!

tiens, bravo pour ta belle victoire de dimanche man!!

J'ai acheté le livre sur amazon.ca je pourrai te le prêter dans une semaine sinon là.

C'est 346 pages ça vaut quand même le coup je ne suis pas déçu.

yooo
Maxime Maltais a dit…
David j'ai remarqué que ta tige de fourche est trop longue, tu devrais la couper non

HUH !

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…