Accéder au contenu principal

60%


60% veut dire bien des choses. Non seulement le pourcentage spéculé lorsqu'on parlait du taux d'hématocrite de Bjarne Riis lors de sa carrière cycliste. 

C'est aussi le score qu'il me faut pour passer en deuxième année d'Université et finalement, c'est la quantité d'examens finaux qui sont complétés à l'heure actuelle.

Tout cela pour dire que les deux dernières semaines ont été pauvres en vélo. Toujours des sorties en intensité, à deux exceptions près. Une sortie aux trois jours en moyenne. 

J'ai fait l'essentiel, au moins je vais vite, et comme dirait Bertrand Houle: "Il est plus facile de rendre une voiture performante, fiable, que l'inverse".

Pas de problèmes, donc. Ce n'est vraiment pas la fin du monde!

Sinon, j'ai roulé des longues sorties avec ce qu'il reste de mes équipiers à deux occasions. On a pu se tester les jambes un peu beaucoup. Je vais avoir mon vélo lundi matin, mes jambes rasées vendredi prochain. Tout se met en place.

La saison est déjà commencée pour plusieurs et j'ai hâte que ce soit mon tour. Encore une semaine et deux examens... en espérant qu'il n'y ait pas un volcan qui éclate entre Sherbrooke et Sainte-Martine!

Nous avons au moins un représentant de notre équipe qui est déjà au boulot depuis un bout. Antoine Duchesne fait bonne figure au sein de l'équipe canadienne en Europe à ses premières courses senior. C'est un très fort calibre pour commencer et il progresse à chacune de ses courses, qui sont généralement des Coupes des Nations (Flandres, côte picarde, ZLM tour), terminant même dans le temps du peloton aujourd'hui. C'est bon à voir et ça augure bien pour le reste de la saison.

Petit retour sur les petites classiques flandriennes chez les pros, petites parce que plates à mort. Fabian Cancellarra est beaucoup trop fort, il n'y a rien à dire là-dessus, je ne suis pas content, il a brisé ma période favorite de l'année en tant que fan de vélo. Pas étonnant qu'il soit justement le protégé de monsieur 60%

Je pense que ça fait le tour, à la prochaine :D

Commentaires

Anonyme a dit…
''Cancellarra est beaucoup trop fort, il n'y a rien à dire là-dessus, je ne suis pas content, il a brisé ma période favorite de l'année en tant que fan de vélo. Pas étonnant qu'il soit justement le protégé de monsieur 60%.''

Tu pourrais être prudent quand tu insinus une telle critique. En aurais-tu dis autant si Boonen auvait gagné le tour des flandres et Paris-roubaix?

Dans les deux cas la victoire de cancellara a été combiné par sa grande forme et, la tactique et les erreurs de Boonen.

Les classic ne peuvent pas toujours se terminer en sprint de bunch ou sprint de peloton!

Fabian est un grand rouleur, son habileté contre-la-montre était déja phénoménale avant l'ère ou il a courru pour Riss (Prologue TDF 2004 sous Fassa Bortolo).

Mon favoris était Boonen mais Cancellara était le coureur avec la meilleur préparation et la meilleur tactique!

Sinon bonne chance pour ta saison!

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…