Accéder au contenu principal

Rouler dehors comme un enfant



Chers lecteurs,

La nuit est le meilleur moment pour vous rejoindre. Quoi de mieux que de se relaxer le cerveau en écrivant après une grosse journée d’école et une méga soirée d’étude !

 Le rythme scolaire a repris le contrôle de ma vie, n’empêche que j’ai encore du bon temps à l’entraînement.

Depuis mon retour d’Oswego, je n’ai eu aucune difficulté à rouler dehors lorsque le plan d’entraînement le prévoyait. Grosse différence avec le Saguenay ces dernières années, où l’on se donnait bien du mal pour rouler dans les 10 premiers jours d’avril, sauf l’an dernier.

Je fais toujours les intensités sur le rouleau, je n’ai pas envie de tomber malade, je vais attendre qu’il fasse une quinzaine de degrés pour m’éclater la face à l’extérieur.

En attendant, ce sont les repos actifs et les longues sorties d’endurance qui se font sous ce temps plus que clément pour la mi-mars !

J’ai découvert, vendredi dernier, de belles routes de terre dans le coin de North Hatley. Un méchant beau coin perdu pour pédaler. Pour avoir déjà fait le Tour de Battenkill, je suggère à ceux qui le font cette année de venir faire une fin de semaine à rouler dans ces environs, ça vous fera une excellente pratique. Envoyez-moi un courriel, je pourrai vous-y guider! (Je suis sérieux)

Samedi, ce fut plus long. Une longue trotte autour du Mont-Orford, c’est comme mon Mont-Ventoux à moi, je tourne autour durant des heures et je n’ai pas envie d’aller le monter (heureusement pour moi, le Mont-Orford n’a pas de route asphaltée!).

Bref, je suis un peu étonné de ma forme physique, tant mieux ! Encore trois bonnes semaines et il va falloir ralentir, examens finaux obligent.

-       Dans la rubrique scoop de cette semaine : L’alignement 2010 de la formation Eva-Devinci, qui changera d’ailleurs de nom pour cette saison. Le nouveau nom ne peut être annoncé tout de suite.

Denis Bouchard, l’un des membres du C.A. de l’équipe depuis toujours, m’a dévoilé en primeur l’édition 2010 de cette équipe junior qui a réalisé plusieurs exploits aux cours des 3 dernières années (Et oui, souvenez-vous de ma célèbre 15e place aux nationaux juniors sur route… Ben non c’est des jokes, vous savez de quels exploits je parle, de nombreux podiums au niveau canadien, des coureurs aux championnats du monde, une présence importante au niveau québécois etc.).

Équipe 2010 :

      -     Jordan Brochu (Amos)

-       Charles Matte (Amos)

-       Jacob Bouchard (Chicoutimi, Vice-Champion canadien junior 2010)

-       Alexandre Tremblay (Chicoutimi)

-       Thomas Folly (Alma)

-       Jérémie Lavoie-Doyon (Alma)

-       Simon-Pierre Maltais (Alma)

Directeur sportif : Pierre Bourgeois

Voilà donc une excellente nouvelle de voir cette formation continuer sa mission. C’est cette équipe qui m’a donné ma chance, qui m’a lancé sur la vague sur laquelle je surfe toujours. 

Les temps n’ont pas toujours été facile et je félicite tous ceux qui contribuent au développement des cyclistes du Saguenay-Lac-Saint-Jean. C’est important que les générations futures aient la même chance que nous avons eu.

Il y a du talent qui est sorti de mon pays : Éric Boily, Stéphane Cossette, Audrey Lemieux, Antoine Duchesne, Simon Gagnon-Brassard, David Boily, Raphaël Tremblay, P-O Boily et  Guillaume Boivin ont tous fait leur marque à un haut niveau ces dernières années. C’est le sang de bucheron qui fait ça ! Et c’est pas fini.

Toujours dans ma région natale, les gens d’ATM (mon ancienne école) option radio m’ont appelé aujourd’hui durant leur émission de sport. On a jasé du penthatlon et surtout de mon petit bonhomme de chemin dans le monde du vélo. 

Bref, c’était cool et je m’ennuie du monde des médias, c’est tellement plus imprévisible, il faut être débrouillard. Imaginez, la ligne téléphonique a coupé en pleine entrevue aujourd'hui! Inquiétez-vous pas, ça ne risque pas de m’arriver en droit L

-       Un peu de vélo international pour finir : Nous avons eu droit à un très beau Paris-Nice la semaine dernière, une vraie course de vélo avec de l’offensive à souhait et je suis un peu beaucoup jaloux de Peter Sagan. Le gars est quand même né 4 mois après moi et a au moins 4 fois plus de watts que moi (et la plupart du monde) dans ses jambes. Huuum…

Beaucoup moins jaloux des frères Szczepaniak qui ont vu leur histoire de Cendrillon prendre fin très rapidement. Les causes et les conséquences de cet épisode sont un très bel exemple du vice que peut entraîner le cyclisme de haut niveau…

Sur cette triste note, je vous dit à la prochaine !

Commentaires

Anonyme a dit…
Dave c't'intéressant en prêtre te lire!

Un jour vélo mag va t'engager pour toute faire dans leur osti de revue!

Un jour...tu seras grand...comme moi :)

JS
Anonyme a dit…
Salut David!
Il est vrai que cet article est très intéressant. L'hiver tire à sa fin et nous te reconnaissons avec ta passion habituelle pour le vélo.
Pense un peu au nombre de personnes que tu as pu convertir en cycliste depuis tes débuts en vélo et en écriture(journaliste).
Moi aussi je pense qu'un jour tu seras récompensé.
La persévérance mène à tout!
Anniexxx
Diane a dit…
Je suis entièrement d'accord avec les commentaires exprimés. Tu écris divinement et tu réussi à nous transmettre ta passion. C'est vrai ce que dit Annie, tu es un modèle pour plusieurs jeunes (et aussi plus vieux). Tu peux être fier de toi. xoxo

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…