Accéder au contenu principal

Février un peu rabajoie


Bon, je vais arrêter de m'excuser, vous savez que j'ai plus ou moins le temps d'écrire haha. Ce soir, je ne dors pas tout de suite, rattrapons ce retard.
Par où commencer? Tient... le début.

C'était ma première course de piste chez élites, au vélodrome de London la fin de semaine dernière. Les résultats furent moyens, les choix de braquets un peu idiots, les performances non-maximales, le stress très grand et le plaisir bien au rendez-vous!

Comme dirait Carol-Michel: "tu va apprendre".

Un très beau week-end de bike passé avec William Goodfellow, lui qui semble à l'aube d'une excellente saison. Comment ne pas parler de cette piste très spectaculaire sur laquelle nous avons roulé durant plusieurs heure durant 3 jours. Des virages à cinquante degrés d'inclinaison... la rumeur disait que mes pneus ne tiendraient pas le coup dans les virages. De quoi me rassurer...

Un bel endroit, plein de gentilles gens qui m'ont aidé toute la fin de semaine. Je pourrais parler longtemps de ce voyage, mais nous avons d'autres sujets. De toute façon,  je peux déjà dire que j'y retournerai! 

Le sratch race et la poursuite individuelle ont été mes épreuves préférées, bien que j'y étais un peu tout croche. Enweille, fait fondre la neige à Bromont que j'y retourne. Décidement, une fin de semaine de course, ça passe trop vite!

Le vélodrome est intérieur, bien qu'il y fait très frette. C'est l'ancien aréna des Knights de London,  chauffé à temps partiel. Par ailleurs, on dit en journalisme que Wikipedia est la pire source. Tant qu'à moi, j'aime bien ça, j'y ai même appris que Johnny Cash a demandé sa femme en mariage dans cet aréna hahahaha.

Bon, tout ça a passé si vite, le focus est maintenant sur les examens intras, ne reste qu'une distraction, Les Olympiques. Moi je deviens fou à chaque deux ans. J'ai amené mes livres dans le salon et mes colocs n'ont plus le droit d'écouter la tv.

Ça reste encore mon plus grand rêve d'y aller, comme journaliste disons. Ce serait le top de ma carrière. D'ici là, encore beaucoup de croûtes à manger. Les commentateurs en place sont tous de très bons professionnels, j'aime bien la délégation médiatique de cette année: Dehors Guy Daoust!! 

Particulièrement agréable de revoir Louis Bertand sans ses deux boulets du Tour de France, c'est alors qu'on peut pleinement admirer son talent. Mais les jeux, c'est surtout les athlètes, et je souhaite bonne chance aux bleuets de la délégation canadienne: Marianne Saint-Gelais, Valérie Maltais, François-Louis Tremblay, tous en patinage de vitesse, ainsi que François Boivin en surf des Neiges. Good luck aussi à la très gentille Jacqueline Mourao et l'ancien compatriote de vélo de montagne Alex Harvey.

Cependant, mes Olympiques à moi, c'est le Penthatlon des neiges et dieu sait que la préparation est plus ou moins idéal dans mon cas, mais on a du fun, c'est ce qui compte. Plus que deux semaines avant ce bel événement et les points faibles sont encore bien présents. Qu'à cela ne tienne, j'ai très hâte d'y aller et d'ouvrir les gaz!!

Sinon, c'est plutôt tranquille, je reviens dès que possible.

Commentaires

Maxime Maltais a dit…
Salut dave y fais 26 ici , la saison approche !

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…