Accéder au contenu principal

Guillaume Boivin poursuit son développement chez Spidertech


Guillaume Boivin passe finalement chez les pros. Après deux excellentes saisons en catégorie senior, principalement disputées au Québec, il a pu montrer de quoi il était capable lorsque l’équipe Planet Energy, nouvellement rebaptisée Spidertech présentée par Planet Energy, lui a offert un stage de fin de saison sur des courses professionnelles.

Guillaume a accepté, en octobre dernier, de revenir sur sa saison et de parler du futur avec son ancien coéquipier ! Finalement, l’équipe est officiellement annoncée et je peux publier :D


Voici l’entretien, bonne lecture :

Tu as probablement eu plusieurs offres de contrat suite à ta superbe saison 2009, qu’est-ce qui t’as fait pencher pour Spidertech présenté par Planet Energy ?

Le calendrier et l’expérience d’un gars comme Steve Bauer ont pesé pour beaucoup dans la balance. Avec la victoire de Martin (Gilbert) au Tour du Missouri, l’équipe a gagné du respect et peut maintenant espérer qu’on lui offre des places dans les grandes courses en Amérique du Nord.

De plus, je sens que cette organisation croit en moi, qu’ils (Steve Bauer et Josée Larocque) veulent m’aider à me développer et je me sens valorisé dans cette structure... L’équipe veut se rendre au Tour de France dans les années futures et je trouve que ce challenge est intéressant à relever.

L'équipe a évidemment plusieurs projets en 2010, mais pour ce qui de ton calendrier à toi, à quoi risque-t-il de ressembler? À temps plein avec l'équipe ou bien tu pourra courir en équipe nationale à l'occasion?

Les invitations pour les courses ne sont pas encore émises, mais nous aspirons à toutes les grandes courses en Amérique du Nord... Les trois grands tours prévus au calendrier (Georgie, Cali et Missouri), le championnat de Philadelphie, Le Tour de Beauce et autres courses de ce niveau aux USA et évidemment, nous espérons recevoir une invitation pour les nouvelles courses Protour au Québec! (NDLR : Spidertech a une licence continentale, qui ne donne pas accès aux épreuves ProTour. L’équipe a pris les mesures administratives nécessaires pour avoir quand même accès à ces deux rendez-vous, mais en vain pour l'instant. Reste que l’ACC alignera une équipe nationale, dont les places seront chaudement disputées.)


La Coupe des nations reste cependant l’un de mes objectifs de la saison 2010, donc je serai de retour l’an prochain au Saguenay avec l’Équipe nationale a moins d’un imprévu ou d’une non-sélection.


Et de ton côté, cherchera-tu à être de l'équipe dans un plus grand nombre d'occasions possibles ou bien te limitera-tu à un certain nombre de grands rendez-vous en raison de ton jeune âge?

Je vais faire les courses que l’équipe voudra que je fasse mais je crois que Steve est conscient que je suis jeune et que je ne peux pas faire 100 jours de course dans la saison.

Le calendrier étant beaucoup moins chargé qu’en Europe, je crois être en mesure de prendre part à la majorité des courses que l’équipe fera...tout dépendant du nombre de coureur requis.

Revenons sur cette longue saison 2009 que tu as mené une saison sur plusieurs fronts : Europe, courses moins de 23 ans, le calendrier québécois et trois tours d’une semaine. Quelle a été la clef pour garder une bonne courbe de performance durant toute l’année ?

La préparation que j’ai commencée en Europe étant donné que je ne suis pas aller rouler au chaud avant le mois de mars, outre une course en République dominicaine une semaine avant de partir. Bref, j’ai vraiment bien travaillé en Europe en accumulant plusieurs heures de selle en plus de bonnes courses. Je suis allé là-bas sans vraiment chercher de résultats mais plutôt pour prendre une bonne forme en vue de la Coupe des nations.

J’ai réussi à maintenir une bonne forme jusqu’aux Championnats canadiens, bien que celle-ci commençait à diminuer. Par la suite, j’ai fait une erreur de débutant en voulant continuer à courir. La classique de Fitchburg m’a mis complètement K.O.. Par la suite, j’ai fait quelques courses parce que j’adore courir, mais je ne faisais aucun entraînement entre elles... je suis allé faire les Championnats pan-américains en étant complètement à bloc et je suis tombé malade au Tour de Québec... j'ai dû donc prendre du repos forcé et, je crois, mérité.

Le fait d’aller au Tour du Missouri avec Planet Energy m’a donné une nouvelle motivation pour m’entraîner, ce qui m’a permis de reprendre une forme respectable pour la fin de la saison...cette forme n’était pas optimale, mais m’a permis de récolter quelques beaux resultats. En conclusion, je crois que le secret d’une bonne saison réside dans la préparation hivernale, mais surtout dans un état mental où tu es très motivé et concentré sur la tâche à accomplir.

Je te savais très motivé pour cette année, mais est-ce que finalement, le dénouement est un peu au-delà de tes attentes malgré tout?

Cette année, je voulais prouver à tout le monde que mes années junior n’étaient pas une chance et j’étais très motivé et déterminé à accomplir une bonne saison.

L'objectif premier était de me trouver une équipe pro pour la saison 2010. Pour se faire, je visais la Coupe des nations et les championnats canadiens, où je voulais faire un podium chez les moins de 23 ans à la course sur route. La victoire était une très donc une surprise !

Je dirais que oui, cette saison a été au-delà de mes attentes, mais je me savais capable de faire quelques beaux résultats sur toute la saison.


La question qui tue : ton moment préféré en 2009 ? il y a plusieurs choix : des bonnes places en Belgique, au Mexique et en Coupe des nations, le titre de Champion canadien acquis avec audace, le Tour du Missouri et la fin de saison avec Planet energy, une participation aux Championnats du monde ou encore le record du parcours au Mardis de Lachine ?

Sans aucun doute, le Championnat canadien, suivi de près par la victoire de mon coéquipier au Tour du Missouri... les deux moments étaient remplis de sensations fortes.

Gagner le Championnat national… je crois tous les cyclistes en rêvent. J’avais terminé deuxième chez les juniors, sur la même arrivée à Saint-George de Beauce. Il n’était absolument pas question que je passe à côté du titre cette année.

C’est le plus beau moment de ma carrière, et de réaliser cela sous les directives de Josée Robitaille a rendu ce moment spécial. Même si c’était ma première saison avec Josée, on a vite développé une bonne complicité et j’étais vraiment content de lui offrir son premier championnat canadien à elle aussi.

La victoire de Martin fut tout aussi mémorable. L’équipe a passé proche de la victoire tout au long de la semaine et martin a finalement gagné la dernière étape devant un peloton qui n’a plus besoin de faire ses preuves. C’était vraiment incroyable d'avoir participé à cette victoire contre des coureurs que je regarde au Tour de France depuis les débuts de mon histoire d’amour avec le velo !

Quelle-est la principale différence entre la dynamique d’une course au Québec et une course professionnelle comme celles que tu as faites en fin d’année ?

N’ayant fait que des courses par étapes avec les pros, mon expérience se limite à ce genre de courses. Chez les pros, la course est beaucoup plus controlée, ce qui mène souvent à une course un peu plate, puisque qu’elle est cadenacée sur les étapes de plat comme on voit au Tour de France.

Dans les étapes de montagne, là ça roule à bloc (spécialement en Amérique du Sud) jusqu’à ce que les leaders forment un groupe et surtout que le gruppetto soit formé. Ça, c’est typique chez les pros ; chaque coureur a sa spécialité donc, un sprinteur ne va pas s’arracher les trippes dans une étape de montagne en sachant très bien qu’il ne gagnera pas.

À l’inverse, les courses au Québec sont selon moi beaucoup plus difficiles puisque c'est à l’attaque dès le kilomètre zéro jusqu’au final, ce qui rend la course beaucoup plus exigeante avec toutes ces accélérations.

Parle-nous un peu de tes objectifs à long terme. Maintenant que tu courir une majorité de course chez les professionnels, ce qui te donneras accès à un meilleur niveau. Que vise-tu dans ta progression des prochaines années ?

C’est certain que je vise a long terme de joindre les rangs d’une équipe Pro tour et de participer aux Jeux olympiques pour le Canada.

Il y a cependant plusieurs étapes à franchir avant d’y arriver et je souhaite profiter pleinement des deux prochaines saisons U23 pour m’illustrer dans des courses comme la Coupe des nations, les Championnats canadiens et éventuellement les Championnats du monde

Bref, je souhaite apprendre à faire des résultats sur des courses de haut niveau dans le but d'atteindre les rangs Pro tour éventuellement.

Merci Guillaume, je te souhaite la meilleure des chances et continue de nous donner des nouvelles de par ton site internet très complet, les gens aiment ça !

Cool merci à toi!

Commentaires

PAGDIA a dit…
Bon j'avais écrit mon commentaire mais voilà qu'il faut être autorisée.
Je disais donc que je n'avais pas visité ton blogue depuis un temps et que ton bilan de 2009 m'a beaucoup émue.
Encore une fois, ton texte illustre bien ta lucidité et ta sensibilité.
Je suis fière de toi et aussi d'avoir partagé un peu de tes moments en 2009.
La clé est toujours à la même place et tu es toujours le bienvenu chez-nous.
Take care et bonne récupération muscu-cardio-dodo après un Temps des fêtes plutôt mouvementé.
Diane xoxo

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…