Accéder au contenu principal

Plus vite, plus haut, plus fort pour Julien Fillion en 2010


Julien Fillion est un cycliste de montagne bien connu au Québec et il perce de plus en plus sur la scène nationale, particulièrement en 2009, année durant laquelle il a obtenu son premier podium en Coupe Canada en plus d’être sacré champion québécois chez les élites.

Originaire de Saint-Félicien, La Mecque du vélo de montagne, Julien est également l’un de mes premiers idoles et aujourd’hui un bon ami avec lequel j’ai notamment passé un mois en Floride à l’hiver 2008.

Il a accepté de prendre du temps pour discuter de sa carrière cycliste florissante depuis son retour «officiel» à la compétition de haut niveau il y a deux ans, suite à des maux de dos l’ayant tenu à l’écart depuis l’âge de 20 ans.

Voici l’entretien :

Ceux qui te connaissent savent que tu ne laisse rien au Hasard. Selon toi, quelles sont les clés de ton succès ?

Je crois qu'il y a plusieurs réponses à ça. C'est peut-être cliché, mais je crois que c'est le mental. J'aime ce que je fais, j'aime passer de longues heures sur le vélo, m'entraîner n'est pas une corvée, au contraire! Quand t'as un bon mental, les petites choses moins plaisantes te dérangent moins, tu fais plus de sacrifices.

Tu as imposé ton rythme dès ton retour au niveau élite en 2008, tu as confirmé et même haussé la barre d’un cran en 2009. Est-ce que tout cela était prévu dans ton plan de progression ?

Chaque athlète doit avoir comme but de progresser, après avoir été absent de la compétition durant 2 ans et demie, je n'avais pas envie de perdre du temps, je mets les efforts pour progresser, les résultats viennent d'eux-mêmes. Je sais aussi que je ne suis pas à l'abri d'une saison plus difficile.

À bientôt 26 ans, tu montre qu’il n’est jamais trop tard pour atteindre les sommets au niveau national. Pense-tu que cette pause forcée en début de vingtaine a été bénéfique après tout, que ce soit au niveau de la maturité physique mais aussi pour ton parcours scolaire?

Je ne regrette rien, j'avais une blessure qui traînait. Arrêter le vélo m'a permis de compléter mon bacc. en enseignement. Ensuite, j'ai maturé, je pensais beaucoup à mon retour en compétition, je sais pourquoi je fais tous ces sacrifices maintenant. Je me trouve jeune encore, j'en profite pendant que ça passe.

Tu as vécu de bon moments cette année, quel fut ton favori?

Je dois dire ma troisième place à la Coupe Canada à Baie-St-Paul, la première course de la saison. J'ai surpris beaucoup de monde!


Julien, c’est ben rare qu’on va dire ça au Québec, mais on peut vraiment t’identifier comme un grimpeur au vrai sens du terme. Je ne parle pas ici des côtes de 1,2 km. Tu as montré de très belles qualités en ce sens l’an dernier au Tour du Costa Rica, une épreuve que tu as pourtant disputé en plein «off-season», ce qui n’est pas l’idéal… J’imagine que tu t’en promet encore cette année dans ton nouveau périple sur la route cet hiver en Nouvelle-Zélande?!

Ha! Comme tu sais David, je m'entraîne beaucoup sur route, maintenant est-ce que j'en fais des objectifs de performance... Pas pour l'instant. J'aurais bien aimé courir en Beauce l'an dernier, je le ferai peut-être en 2010. J'ai recommencé à m'entraîner ici mardi (en Nouvelle-Zélande). Je me remets d'une blessure, j'ai plutôt la tête à me remettre en forme et aux premières Coupe du Monde en Europe. Mais en attendant, sur la route, je devrais être du départ du Wellington Tour à la fin janvier, ça va me faire un bon entraînement !

Pourquoi faire ce voyage en Nouvelle-Zélande cette année ?

Ici, l'été commence, la belle température commence à arriver et les grosses courses ont lieu à ce moment-ci de l’année, pour reprendre la forme c'est l'endroit idéal. J'ai eu l'opportunité de venir ici cet hiver, me voilà !! C’est pour la nouveauté aussi, j'aime voyager et voir de nouveaux pays.

Tu étends ton réseau de compétition à l’Europe cette année, comment appréhende-tu cette nouvelle expérience ?

Ce sera surtout une année d'apprentissage, avec mes premières courses en Europe où les pelotons sont plus impressionnants et plus relevés. Je veux me servir de ces courses pour gagner en expérience à courir avec plus fort que moi.

Et pour le reste de la saison, le programme sera sensiblement le même, les objectifs seront le circuit des Coupes Canada et peut-être une autre Coupe du monde?

Oui, je vais faire 5 courses en Europe dont deux Coupes du Monde, puis je reviens au Québec en mai pour deux Coupes Canada, ensuite l'ouest canadien pour deux autres Coupes Canada et le Championnat Canadien, puis en août la finale à Bromont et en terminant la Coupe du monde de Windham dans l’état de New-York.

Et peut-être les mondiaux à domicile au Mont-Saint-Anne?!

Voila! le gâteau ! Mais ce sera difficile de faire la sélection canadienne, le calibre est relevé et peu de place sont disponibles. J'aimerais ça, mais ce n'est pas mon objectif final cette année.

Est-ce qu’on va finir par te voir courir en route sur le circuit québécois ou bien si ce n’est pas encore dans tes plans ?

Si le calendrier me le permet, j'aimerais faire plus de courses sur route en 2010, surtout des épreuves comme Charlevoix ou le Tour de Beauce. Je ne met pas ça totalement de côté, mais mes objectifs pour la saison prochaine restent en montagne.

Quelle sera ton équipe en 2010 ?

Ce sera encore avec Devinci, je fignole avec eux les détails du contrat. Ils ont de beaux projets et la relation est très bonne. Les vélos sont «sur la coche». J'aurai la chance d'avoir deux vélos pour courir cette année, dont le nouveau Desperado en carbone simple suspension et le Moonracer à double suspension.

En terminant, Jusqu’où pense-tu aller dans le vélo ? Qu’est-ce qui te tente pour les prochaines années ?

Je veux aller le plus loin possible : Gagner, vivre du vélo, le circuit de la Coupe du Monde, les Olympiques. En autant que mon corps me le permet, je ne veux pas dire, quand je serai vieux, que «j'aurais donc dû!».

Merci beaucoup Julien, au plaisir de rouler ensemble prochainement, en autant qu’il n’y ait pas trop de bosses dans le coin !

Haha, certain David, au plaisir de faire quelques bosses ensemble ;) ou une sortie en MTB ?! :D

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…