Accéder au contenu principal

Pour se changer les idées


Heyhey ça fait un bail!

Disons que la vie universitaire tient occupé ces temps-ci, socialement, physiquement et scolairement. 

Je profite du début de l'année pour me démêler dans ce langage du droit un peu chinois disons, mais quand même pas aussi incompréhensible que le langage soutenu utilisé dans des textes sur le cyclisme québécois que j'ai lus dernièrement.

Il s'en ait passé des choses depuis ma dernière visite. Martin Gilbert a gagné au Missouri et c'était fini pour moi, je n'ai plus étudié de toute cette soirée là!
 
De mon côté, je n'ai pas pédalé depuis les championnats québécois de critérium faute de becyk en ma possession, mais le "cross-training" est commencé. Course à pied, nage, je rentre de bons entraînements avec mes collègues de douleur, Fred Boivin et mon coloc Carol Migneault dit "le gars affuté emmmprêtre!"

Ceux-ci m'ont surtout fait payer la fin de semaine dernière lors de notre magnifique sortie de deux jours dans les Whites Mountains au New-Hampshire. Des montagnes qui plaffonnent jusqu'à 2000 mètres d'altitude, ça fait changement des Monts-Valins tsé.

J'en ai perdu en randonnée en montagne contrairement à ma grande époque de raquetteur. J'ai mangé mes bas durant deux jours, mais le week-end fut génial malgré la souffrance.

Une sortie super rapide samedi en fin de journée pour monter le Mont-Lafayette et prendre une bière aux citrouilles en haut pour ensuite redescendre avant la nuit. Nuit passée au camping d'en face à trois dans une tente pour deux. Personne était prêt mais c'était bien drôle. Ne pas essayer.

Le lendemain, c'était la vraie ride. La première ascension nous a conduit près du sommet du mont-Adams, où nous avons pris notre dîner avec le Mont-Washington en fond d'écran. Dans ces moments-là, y'en a pas de problèmes!!

On a ensuite réalisé qu'on atteindrait jamais Washington parce c'était plus loin que ça en avait l'air. Une fois près du sommet de Jefferson, on redescend dans un espèce de "bol" par une descente extrême. Il se fait tard, on a plus d'eau et il reste une douzaine de kilomètres et on est de moins en moins forts des jambes.

Finalement, on se perd, on retrouve le chemin et découvre une source d'eau huh! Tous nos problèmes sont réglés, on remontre le bol vers Adams avec moi qui tire mes dernières cartouches dans la longue montée. Je suis défoncé rendu en haut. S'en suivie une descente d'une heure et on arrive à l'auto, il fait noir et on est bunké :D 

Comme dirait Maxime Maltais, nous sommes "stones d'entraînement"

Direction Applebee's pour un gros burger avec du mountain Dew, hoho c'est le fun l'automne. 

Au bout du compte, une douzaine d'heure de randonnée en 2 jours, environ 45 km, assez de dénivelé pour vouloir lâcher le bike, des veines partout dans les jambes le lendemain matin et surtout, bien du plaisir et le goût d'y retourner bientôt. 

Au programme du prochain voyage? Peut-être un dodo en altitude, la vraie, lâ, pas dans une tente qui n'a pas d'air dedans...

Fait étrange, nous avons passé une bonne partie du dimanche dans les hauteurs, sans jamais atteindre aucun sommet haha. Voilà une autre bonne raison pour y retourner!

@+

Commentaires

Anonyme a dit…
Bel fin de semaine, j'aimerais y aller un jour...
Anniexxx

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…