Accéder au contenu principal

La rentrée...


Et ben, voilà que l'école m'occupe déjà beaucoup!

D'abord cette dernière semaine incluait le cours hors-programme "réussir en droit". 

C'était intensif et, une fois terminé, ce sont les initiations intensives qui ont débuté dès jeudi. Ça a continué en party presque sans-arrêt jusqu'à samedi soir.

En passant, bien sûr, par le "beurrage" du samedi après-midi, durant lequel j'ai passé 2 heures à me faire verser sauces, liqueurs et autres maïs en crême. Sans compter le Nesquik et le sirop de table, qui avaient bon goût, au moins!

Je n'oublierai pas non plus le croquage de langue de porc, l'ingurgitation d'un jaune d'oeuf ou encore le ballon-chasseur avec des pieuvres (ben oui, si tu attrape pas la pieuvre lancé par l'autre équipe, t'es mort!) *Évidemment, le bébé pieuvre était plus difficile à attraper que sa maman...

Tout cela à 15 degrés, du vent, bien de la bière et plein de belles rencontres. Ouf il faut quand même le vivre!

J'ai quand même eu un peu de temps pour faire du sport à travers tout ça. Quelques courtes courses à pieds (dont une de 40 minutes en rentrant du bar, mais je ne suis pas certain...) pour habituer les jambes à l'aube d'une longue saison de "cross-training". Très utile, surtout que je n'aurai plus de bike dans une semaine ;(.

J'ai aussi roulé mercredi ben relax et j'ai croisé des cyclistes en groupe, chose qui arrive rarement au Saguenay. C'était le club cycliste de Sherbrooke. 

Dimanche, j'ai fait le Championnat québécois de Critérium, à Contrecoeur. Pas beaucoup de coureurs au départ, ce qui a rendu la course difficile. C'était comme une course régionale, mais avec des costauds. La pire affaire autrement dit. En plus c'était un vrai beau parcours de crit. Plein de virages, des petites bosses, pas évident!

Ça allait quand même bien, moi et André couvrions les coups qui partaient à la chasse de l'échappée, dans laquelle se trouvait P-O Boily. 

Mais après 45 minutes, le peloton, c'était 10-12 gars. À un moment, j'ai reculé un peu. Me voilà dernier, ça m'a pris 2-3 secondes de trop pour m'en rendre compte. Et comme je n'ai pas la forme et je suis un peu stupide de faire des courses quand même, et bien j'ai sauté... Fini la saison 2009 :(

J'ai commencé les vrais cours lundi. La vie sur le campus est palpable, la session est partie pour tout le monde ou presque. Je pense qu'il reste encore une semaine aux étudiants de génie à boire durant 21 heures d'affilée pour montrer leur suprématie...

À noter qu'ils utilisent aussi d'autres moyens comme arroser les gens, voler des pancartes de circulation ou encore marcher sur les toîts des blocs d'appartements!

Pour le reste, et bien j'étudie des heures de temps et je ne comprend pas mes lectures, mais on me dit que "C'est ben normal pis, en manné, ça va faire clic-clic dans ta tête et tu va faire plein de liens entre tout ce que tu apprend"... Bon c'est pas encore arrivé, advienne que pourra, j'y met tous mes efforts. Au moins c'est intéressant!

Bon, je vous reviens dès que j'ai le temps. Je pense que je vais vous parler de ma vie de bikeur un peu. La plupart des gens me lisent et ne me connaissent pas. Ce sera donc une petite auto-biographie la prochaine fois. Profitons-en pendant qu'il ne se passe rien... en fait, on en a pour une coupe de mois je pense bien!

@+

Commentaires

Anonyme a dit…
le truc, c'est de ne pas faire ses lectures. comme ça, je suis moins mélangé.

andré

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…