Accéder au contenu principal

2e partie, les années cadet


Avant tout, je ne peux m'empêcher de souligner l'exceptionnel Tour du Missouri que l'équipe Planet Energy est en train de réaliser. 

C'est très beau à voir. Je pense que peu de gens les attendaient à ce niveau, même que les organisateurs n'avaient même pas le logo de l'équipe pour l'imprimer sur le maillot de plus agressif gagné par François Parisien haha!!

Cette performance me console un peu. Je comprend un peu mieux pourquoi on a perdu à Lachine cette année. Les "Planets" ont eu un début d'année difficile, mais depuis juillet, ils semblent s'être ajustés et ont maintenant la trempe d'un vrai team pro, tout juste dans la roue des meilleurs cyclistes du globe en plus!! 

Bon, c'est assez le lançage de fleurs, je continue de vous conter ma vie...

Automne 2003, je débute mon troisième secondaire dans ma nouvelle école. Le programme sport-étude cyclisme en est à sa première mouture et ne tardera pas à se faire remarquer.

Une niaiserie après l'autre. Des concours de "lui qui arrive le plus sale à l'école", des paris pour traverser des rivières glacées en novembre, un après-midi à jouer au roi de la montagne dans une pente de glaise et bien sûr, des match de touch-football qui se terminaient seulement lorsque l'équipe de Jude était en train de gagner!! 

Tout cela, c'étaient les "activités ludiques". On roulait beaucoup, mais pas toujours quand même, donc on faisait ça le reste du temps.

Comme le programme incluait des athlètes de deux disciplines, on faisait beaucoup de route et je n'avais pas de vélo. Finalement, j'ai acheté pour 200 dollars le vieux Marinoni de Jude, une machine de guerre qui m'a quand même servi durant deux ans!

Sinon, et bien on m'écoeurait parce que j'avais les jambes (très) poilues, mais j'en avais rien à foutre. Durant toute cette année scolaire, je me suis entraîné comme un fou, je n'ai jamais raté un entraînement. Je voulais m'améliorer, je voulais beaucoup trop!

Je me faisais parfois lâcher à l'entraînement, mais les gars étaient plus vieux et très forts, je m'améliorais quand même et j'aimais bien la route. Mes collègues de cette discipline me suggéraient même de changer de sport, parce que ça convenait mieux à mes qualités physiques, mais non...

Je suis arrivé au début de la saison 2004 avec un nouveau vélo, un devinci despérado de l'année, monté deore XT, une vraie bête de course de cross-country. Là, j'étais plus qu'en business!

J'ai même gagné la première régionale de l'année, mais j'ai ensuite ressenti de la fatigue et j'étais déjà très "entamé physiquement" début juin. Ça a fait une saison très moyenne, sauf ma 14e place surprise à Coupe du Québec de Baie-Saint-Paul, mon meilleur résultat et j'étais bien content!

Il y aussi eu cette fin de semaine miracle fin juillet, au Championnat des régions, où j'ai terminé 4e dans chaque épreuve (contre-la-montre, cross-country, relais) de même qu'au classement général. Un peu choquant de ne pas monter sur le podium, mais au moins je marchais fort.

Sinon, j'ai encore fini 35e au Mont-Saint-Anne et j'ai fait le circuit de la Coupe du Québec au complet cette année là avec la famille en camping. J'ai fini 33e au classement général, j'étais relativement mauvais poche et ça me rendait assez malheureux, mais on faisait des beaux voyages quand même et j'aimais le sport. 

On se transporte en septembre. J'ai découvert le Tour du Mont-Valin à vélo de montagne. 48 km dans le bois avec les potes. On est arrivés en premiers de cette cyclosportive, bunkés comme jamais et on s'était promis de recommencer l'année prochaine sur le 63 km!

Une semaine plus tard, je me suis embarqué dans ma plus grande folie. À tout juste 15 ans, j'ai traversé le Parc des Laurentides avec mon frère et mes amis Frédéric Boivin et Philippe Saint-Gelais. 6h30 dans la pluie glaciale, température de 8 degrés. Tout ça, avec mon marinnoni en Cromoly! 

ÉPIQUE

Une aventure dont je vais me rappeler longtemps, le but était d'aller au Mcdo de Stoneham! 
J'ai été un peu plus tranquille cet automne là au sport-étude. Étrangement, je me suis mis à faire des bras en musculation et j'ai bien sûr pris du poids dans le haut du corps. Ça m'a ensuite nuit tout l'été.

À l'hiver, j'ai mieux géré mes efforts pour arriver en forme "correcte" et non "optimale" au début de ma deuxième saison cadet. Mais avec le recul, j'en faisais encore un peu trop, par exemple, je n'arrêtais pas l'entraînement lorsque j'avais le gros rhume et la grosse grippe. Je me disais que ça me renforcerait!

Pour débuter la campagne 2005, Fred m'a convaincu de venir courir sur route à Pont-Rouge. Ce fut mon baptême du bitûme, toujours avec ma vieille bécane avec les vitesse sur le câble et les pneus sur la corde.

Je commençais en grand, une provinciale! Manquaient au départ plusieurs favoris, les Lambert-Lemay, Boivin, Blais-Dufour etc. Tout compte fait, ça n'a pas roulé très vite. Nous étions 8 en échappée assez rapidement et j'ai terminé 7e au sprint après avoir pris tous mes relais. 

Mon premier top 10 provincial et vélo... ben oui, j'avais jamais réussi ça dans les bois en 3 ans de course! J'avais bien aimé ça, cette compétition d'à peine 40 kilomètres. J'en ai fait une autre, une régionale, juste avant ma première de l'année en montagne.

Nous étions 3 survivants cadets sur 8 dans le peloton des seniors et j'ai fini 3e après que Stéphane nous ait pris 10 becyks au sprint, à moi et Cédric Bourgeois.

Pendant ce temps, Antoine Duchesne était minine 2e année et se faisait lâcher par les petites filles, sur le plat en plus! Aaaaahh les temps ont changé pour le mieux :)

De retour dans la bouette pour le reste de l'année. J'ai vu le top 15 à plusieurs reprises en Coupe Québec. Ça allait de mieux en mieux. 

J'ai encore raté la qualifs des Jeux du Québec, mais sans déprime cette fois-ci. C'est qu'environ 5 cadets originaires du Sag-Lac étaient des abonnés fréquents du podium provincial cette année là. Moi je les suivais en attendant d'être capable de les dépasser:D

Après une autre belle escapade victorieuse au Tour du Mont-Valin sur 63 km avec mes amis, je rentrais au Sport-étude pour une dernière fois, en secondaire 5. Les temps avaient bien changé. J'étais le plus vieux, le plus fort, le capitaine(!!) et je m'en allais junior-expert l'année prochaine.

Au moment de la rencontre de fixation d'objectifs, Jude s'est permis, pour la première fois, de me dire ce que je devrais améliorer pour atteindre lesdits objectifs:

1- "Tu t'entraîne généralement sur route et tu perds ton temps en course dans les sections très techniques. À partir de maintenant, tu va faire tes intervalles dans le bois, pour t'habituer à pousser en tenant compte des obstacles."

2- " Je regarde tes fiches. Les deux dernières années, tu as commencé la saison à 155 livres pour la finir à 140! Je te conseil de faire plus attention à ton alimentation. Si tu commence à 145 livres, imagine comment tu va moins en traîner dans les montées..."

Tout ça était bien vrai et j'ai appliqué ces deux mesures. Les résultats m'ont surpris. Je vous raconte ça une prochaine fois!

Bye

Commentaires

Anonyme a dit…
Eille ta une belle vie toi!! j'espere que tu va conter ton experience de cyclocross de style deliquant illegal dans les rues de chicoutimi!!

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…