Accéder au contenu principal

Retour aux sources


Je n'ai pas encore repris mon vélo, je viens tout juste de le laver.

J'ai quand même pédalé une heure hier, avec ma vieille bécane. Mon premier vrai vélo d'adulte, un vélo-sport banf GS avec lequel j'avais fait mes premières courses.

Mon histoire avec ce vélo remonte à bien avant mes débuts sur le circuit régional de vélo de montagne. Dès l'âge de dix ans, je me promenais partout avec, je gagnais le maillot jaune du "Tour de Chicoutimi", une longue course de 20 kilomètres que je faisais à bloc presque à chaque jour. Facile quand même, lorsqu'on cours seulement contre soi-même!

Avant même de m'intéresser aux courses, j'ai toujours aimé le vélo. Même que mes parents avaient de la difficulté à me faire respecter les limites de distance avec la maison.

Les parents de mes amis capotaient quand , à 8 ans, je voulais aller jusqu'au Cégep en bicik ou encore aller faire des "jumps" et des courses à l'ovale proche de la maison (J'ai encore le record du parcours d'ailleurs, j'en suis sûr :)).

Hier j'ai refais ce beau trajet en piste cyclabe. À 20 km/h comme rythme de croisière, j'ai passé devant mon école primaire, le terrain de soccer où je n'ai jamais compter un seul but en 5 ans, l'école Laure-Conan où j'ai joué au basket-ball durant deux ans, le pavillon de l'agriculture où j'ai terminé ma carrière de hockeyeur il y a 14 ans...

On passe ensuite entre le cimetière dans lequel les rayons du soleil se couchent et l'université dans laquelle les étudiants d'été entrent pour commencer un cours de soir.

On arrive finalement au Cégep, à environ 6 kilomètres de la maison, c'était si loin avant.

Ce parcours n'a rien de si merveilleux, il est juste spécial pour moi. Ça faisait du bien de faire cette petite sortie et qu'on se le dise, ça fait changement de l'intensité d'un mardi de Lachine, des fois!

Reste que je commence déjà à avoir le goût de remonter sur ma bécane de course. Ça ne se perd pas, cette folie-là, je l'ai bien vu à la fin de ma saison 2008... Je pense que je suis fait pour être dans la parade et non pas pour la regarder passer. Des fois, je suis le dernier char qui manque de gaz, mais je suis dans la parade quand même!

En attendant de me raser les jambes à nouveau, je dois dire que je ne m'ennuie pas! Je suis comme dans un rêve avec ce remplacement que je fais à Radio-Canada en ce moment. Voici d'ailleurs mon travail des trois derniers jours!

On se reparle


Lundi 3 août: à 5 minutes 15 secondes
Mardi 4 août: l'extrait ne marche pas pour le moment. Retournez-y plus tard si vous êtes vraiment fan hahaha. C'est le 3e reportage, sur le restaurant Marchand
Mercredi 5 août: premier reportage du bulletin

Commentaires

Anonyme a dit…
tu est rendu a cb de km ?(tu le marque plus à la fin de tes articles)
Louis M a dit…
Nos fameux début sur l'oval... sais-tu s'il existe encore ou si la nature a repris le dessus?
devinice c qui a dit…
men t vrm une machine chu fiere de toi tes article son vrm nice, en plus t vrm sexy ak ta chemise de soirée que ta mis mercredi hohohoohoh
David Maltais a dit…
oui l'oval persiste toujours à existé. Il semble beaucoup plus petit qu'avant d'ailleurs! Je t'ai reconnu Tony, pas trop l'air d'avoir de la misère avec les claviers Russes!
Anonyme a dit…
Continue tes articles, j'apprécie beaucoup. Mets le compteur pour les km hihihi. J'approche des 3000 km , malgré ma lutte contre mon cancer.
David Maltais a dit…
Ok je vais recompter ça. Il s'agit toujours d'approximations à 2-3 km près. Des fois j'en compte plus, des fois c'est moins, ça revient au même. Je vois que c'est très populaire ce compteur. Je le ramène au prochain article!

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…