Accéder au contenu principal

Tour de Québec, jour 2

Maudit sport de fou...

C'est pas ce que j'en pensais ce matin pourtant. Un beau petit contre-la-montre vent de dos devant la belle promenade Champlain. Une belle sensation de douleur et de vitesse, même si je ne vais pas vite. Je fais 73e, perdant 45 secondes sur 5 km...

Peu importe, je ne m'attendais pas à des miracles de ma part. Tout ce qu'on peut retenir de cette étape, c'est que les meneurs du classement général ont montré pourquoi leur échappée s'est rendue jusqu'au bout hier. 

Les 3 premiers d'hier sont dans le top 5 ce matin. Je ne dirais pas que leur avance est insurmontable, y'a de sacrées pointures qui vont les attaquer ce week-end. Sauf qu'ils sont bien partis et semblent tous dans la condition de leur vie!

Par ailleurs, les running-gags concernant le nouveau Champion canadien, Aaron Fillion, commencent à se dissiper. Le gars marche comme un avion en ce moment. Faut bien se dire les vraies affaires: à peu près tout le monde se foutait de sa gueule il y a deux jours à peine, moi inclus. On le disait chanceux, mais finalement il fait sa chance!

Revenons-en à ce sport de fou. Je m'attendais à critérium difficile ce soir, sur 55 km avec une élévation modérée mais constante sur une bonne partie du tracé. Sauf que je n'aurais jamais cru que ce serait aussi corsé!

Il fallait être devant et je me suis défoncé dans les premiers km pour prendre ma place en tête de la peloton. Rares sont les tours qui se sont déroulés sans une solide attaque dans la bosse. Ayoye, ça m'a rentré dans les jambes du début à la fin. 

Beaucoup de coureurs ont été éjectés après seulement deux ou trois tours. Je parle ici de la moitié du peloton environ. Ceux-ci ont été sortis du parcours. Ils étaient effectivement encombrants quand on leur prenait un tour. Il fallait parfois recoller avec le devant du peloton qui a doublé les retardataires plus rapidement. Ce sont des efforts inutiles qui ne font pas partie de la course. Ça ne devrait pas exister...

La douleur n'a jamais cessé et je me battais sans cesse pour le devant du peloton. J'étais vraiment pas bon ce soir. Aucune attaque, une course de survie, littéralement. J'ai sauté avec 4 tours à faire. Sauté solide. Plus rien.

J'ai ensuite tout fait pour ne pas me faire prendre un tour et me faire sortir. Il s'en ai fallu d'une longueur de vélo pour que j'échoue, Derek Saint-John a gagné le critérium... dans ma roue!

Bref, c'est l'une de ces journées où je me demande pourquoi je m'acharne à faire du vélo. Mais j'aime la sensation de vitesse. Tant qu'on me donnera la chance de courir, je vais le faire!

Il n'en demeure pas moins que je termine dernier et je n'ai pas aidé mon équipe du tout. Quoi qu'il en soit, je vais tenter d'être plus utile demain.

La course est géniale et ce beau temps est bon pour le moral. J'aime bien le niveau, c'est une course très difficile pour moi. De vraies courses, viarge! Y'a pas vraiment eu de moments de répit intenses dans le peloton depuis deux jours. J'ai hâte à demain!

Faits divers

- J'ai pu compter sur le support de plusieurs fans aujourd'hui sur le parcours. Des gens que je connais mais aussi des lecteurs de mon blog! Merci bien, j'en avais amplement besoin. Maudit que j'étais pas prêt à cette course.

- J'étais complètement sonné après le critérium, bouffant deux pommes et buvant deux gros Gatorades en dix minutes. Gros manque de sucre en fin d'étape. Il faut dire que j'ai mangé longtemps avant la course, mais il faut surtout dire que j'étais au bout du rouleau et que la tinque à gaz était tout simplement vide.

- Je suis excessivement choyé durant ce Tour de Québec. Je loge chez la Grand-mère d'André Tremblay. Ses parents sont également sur place et nous offrent un support de course incroyable. J'ai même droit à des massages, une première pour moi! Une course par étapes avec des massages, c'est pas la même chose OH NON! Sinon, des festins à chaque repas, des gens intéressants et le Tour de France en HD! Merci beaucoup!

-Avec des performances aussi moyennes de ma part depuis deux ans, je suis en train de me convaincre qu'il me faudra un coach si j'ai la chance de pouvoir faire une autre saison. S'il y a des entraîneurs qui lisent ceci et qui veulent tenter l'aventure, contactez-moi sans gêne!

- J'ai hâte de voir si j'ai le même temps que ceux qui n'ont pas fini la course de ce soir...

- Mon dieu que les nouveaux casques Giro sont laids sur le Tour de France! On dirait que la compagnie a passé chez Canadian Tire, a acheté des casques à 30 piaces pour ensuite mettre des autocollants Giro dessus! Les casques sont laids, mais Alberto Contador est beau à voir grimper...

- En terminant, une petite note humoristique pour ceux qui vont comprendre. Il s'agit de la conversation injuste du jour:

Dâvid (Dernier du peloton, sur le point de lâcher): "Agahaaaaa, aaarraahgggghh, uuuuuhhuhhuhu, iiiiiii!!!"
Alex Cloutier (qui peut dire une phrase sans respirer): "Let's go man, lâche pas..."

Voilà, c'est la vie. On recommence demain yaaah!!!!

bonne nuit

Commentaires

Pierre a dit…
Merci de nous faire vivre tes aventures, lâche pas, la vie de cycliste est passionnante.

Pierre.
Anonyme a dit…
Maltais, s'il te reste de quoi dans les jambes lundi, on pourrait faire une petite sortie.

Mon bike est dans shop en train se faire faire une beauté!

Faike essayé ça c'machine là, ça pourrait être cccccccooooooooooooouuuuuuullle!

JS

P.S. J'regarde le Tour tous les jours pour la job...GNAGNA, j'suis payé à regarder le Tour!
Anonyme a dit…
Fillion, il marche depuis plusieurs années. Il s'amuse donc vous ne le voyez pas souvent car il ne s'agit pas d'un néo pro le gars travail.

Les jeudi soirs le Ottawa bicycle club organise des CLM et Fillion il marche mais il ne gagne même pas! Il y a beaucoup de bons coureurs dans l'Outaouais.

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…