Accéder au contenu principal

Tour de Québec, étape 4

Woah c'était pas le grand jour pour moi aujourd'hui!

10 tours de ce circuit à Saint-Augustin. La course a débuté à un rythme rapide ponctué de plusieurs attaques. J'ai même laissé tomber mon plan de m'immiscer dans une échappée "matinale", même s'il était 3 heures de l'après-midi gnneuu.

Me voilà à bloc dans la première ascension de la côte Racette, un petit mur raide que je découvrais aujourd'hui. Mais pas de panique pour autant, je suis souvent à bloc au premier passage d'une côte.

Je me présente à l'avant du peloton au début de la seconde montée, pour ne pas prendre de chances. Je déraille ma chaîne en rétrogradant les vitesses, et le peloton passe! Bravo champion, moi qui avait ajusté les vitesses ce matin parce qu'elles allaient mal hier dans le critérium!

 Une chance que Marc Tremblay et Serge Boily (pères d'André et David) m'ont dépanné pour que je puisse repartir et ensuite remonter dans le sillage des voitures. 

De retour à l'approche de la 3e côte et il commence à mouiller intense. Je grimpe comme tout le monde. Je perd des rangs, bien sûr, je suis trop gros mais je m'accroche bien...

On passe au sommet et on rentre dans le quartier résidentiel nous menant sur la 138. Je suis un peu sonné de ce début de course étrange pour moi. Je pense à autre chose que les virages glissant qui s'en viennent. Boum, par terre, tout seul comme un grand. 

Bien sûr, plusieurs en profitent pour me traîter de "gros crisse de cave" alors que je me répand sur l'asphalte. Je me demande c'est qui le cave dans tout ça, le gars qui chute comme tout cycliste, ou celui qui le traite de cave parce qu'il a fait une erreur banale?

Je ne feelais pas du tout, même si c'était loin d'être une grosse chute. Je reprend finalement la course et tente de remonter dans les voitures, mais la caravane en est une petite. Je suis loin et les voitures ont d'autres chats à fouetter: d'autres chutes, des flats, etc.

J'accompagne un groupe de largués jusqu'à la 4e côte Racette. Voila que je ne peux plus changer mes vitesses, le dérailleur est tout croche. Je m'arrête pour sacrer en attendant que quelqu'un vienne changer mon destin. Moi je ne veux plus rien savoir.

Serge Boily arrive à la course et fait la violente passe du coyote à mon dérailleur et je repars!

Je roule ensuite seul et on me sort de la course lorsque les leaders me prennent un tour au son de la cloche (pour eux), environ 1h15 plus tard.

Voilà que ce Tour de Québec est terminé pour moi. Vraiment dommage, mais force est d'admettre que je n'ai pas la forme...

Je vais me faire soigner à la petite tente et c'est là qu'arrivent la révélation choc du jour suivie du fait ingrat du jour.

Révélation choc:
- Dâvid Maltais:  "En tout cas Dave, bonne chance pour demain parce que je serai pas là pour te voir, je repars à Montréal.
- David Boily: "Comment ça, tu cours pas demain??!!"
- Père de l'organisateur: "Ben oui tu va pouvoir repartir, on t'as juste sorti pour éviter des problèmes avec les meneurs. On va te donner un temps fictif."
- Dâvid: "Aaaah fuck!!"

Finalement, j'ai changé d'avis et je suis bien crinqué pour tenter d'aider mon équipe dans la guerre du Viet-Nam qui s'annonce demain. Il faut toujours espérer le miracle, mais la condition n'est pas là cette semaine et je suis pas mal inutile. Reste encore une journée pour changer ça!

Le fait ingrat:
Moi, en voyant le gars qui me filme alors que je me fait brosser dans la plaie sur la cuisse: Aaaaaaaaastituvatulafermertacamérasimonac..."

En terminant, André et Hugo viennent de faire deux déclarations fracassantes:

La dépendance d'André: "Crime Dave grouille-toi de publier ton blogue, y'a aucune nouvelle de bike sur internet!"

La sincérité d'Hugo et son accent Français: " Ouais ben putain, t'es la star avec ton blogue. Tu devrais en profiter pour mettre une annonce pour te trouver une copine!"

bahahaha

Sur ce, je vais prendre un peu de repos

@ demain

Commentaires

Louis M a dit…
Ouais tu commences à être la star si tu te fais harceler par les caméra
Anonyme a dit…
lol
Anonyme a dit…
ton blog est pôche!

andré
Anonyme a dit…
dave, on voit que tu connais vraiment le biiiiikkkkkkkke !!! No chain !!

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…