Accéder au contenu principal

Tour de Québec, étape 1

On a eu droit à la course qu'on aurait pu prévoir. Du vent, un rythme élevé du début à la fin. Et du beau soleil en plus!

C'était pas le paradis pour autant. Du moins pas pour moi. Je ne me suis jamais vraiment senti bien et j'étais collé à la route dans les petites montées. Je prie maintenant pour que je sois mieux ce week-end.

Des attaques ont fusé toutes la journée et tout le monde courrait après tous les maillots. J'ai fait parti de quelques groupes, dont un composé de deux cyclistes de l'équipe Kenda. Les gars étaient plus forts que moi. Merde. Je sautais des relais ou roulait en pauvre pour ne pas me faire éjecter de ce bon coup, mon meilleur de la journée.

Les gars se sont tannés et me laissaient boucher le trou avec leur équipier alors que j'étais à bloc. J'en suis arrivé au point où j'ai décidé de ne pas boucher. Conséquence: le 2e Kenda n'a pas fait le petit effort pour recoller sur son partenaire en voyant que son intimidation ne marchait pas. 

Voilà que l'on s'est sabordé. Son équipier a filé vers l'échappée de tête et il ne s'est pas rendu. J'ai félicité l'idiot qui roulait avec moi. Ils auraient pu se rendre à deux dans l'échappée gagnante tout en me traînant. Je n'aurais pas changé grand chose en tête de course de toute façon, j'étais à bloc.

Je suis rentré dans le peloton et l'équipe Garneau chassait déjà cette échappée qui devenait menaçante. Tellement menaçante qu'elle gagnait du temps sur le peloton, maintenant mené conjointement par mon équipe et toujours celle de Garneau.

Ces derniers se sont relevés, ne voulant pas faire tout le travail pour les autres équipes qui ne chassaient pas ce dangereux groupe. Nous avons fait de même quelques instants plus tard. Je n'étais pas d'accord, mais c'est pas moi qui décide.

Il faut rouler et prendre des risques pour gagner, parfois plus que les autres. C'est souvent injuste durant la course, mais en général, ça paye à la fin. Personne n'avait ça dans la tête aujourd'hui et au bout du compte, les leaders de chaque équipe ont perdu la course et compromettent leurs chances au classement général. 

Une chose est sûre, il aurait fallu que toutes les grosses cylindrées roulent pour rattraper cette échappée, parce le rythme du peloton n'a jamais totalement ralenti et les fuyards gardaient quand même leur avance.

Il faut avouer que ceux-ci méritent amplement d'avoir tenu tête au peloton. Les derniers dix kilomètres vent de dos en direction de l'arrivée étaient hyper-rapides, avec une chasse bien organisée de la part de Planet Energy et de notre équipe. Mais c'était trop tard.

J'ai donné absolument tout ce qu'il me restait dans cette chasse finale et je termine perdu dans le peloton, à n'importe quel rang.

À part ça, la course est géniale et bien organisée. Le fait qu'il y ait plusieurs classements de maillots aide à dynamiser la course. C'est rarement facile, mais c'est ça, du bon vélo!

@ demain, j'espère que les sensations vont s'améliorer :o

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…