Accéder au contenu principal

Réchauffement difficile

Beaucoup de problèmes de cohésion hier à Lachine. Inutile d'en parler plus longtemps. On prend des notes et on fera mieux la semaine prochaine.

Quant à moi, c'était pas mon meilleur jour. Faut dire que ce ne fut pas le Lachine le plus facile. Pas le plus dur non plus, mais quand même.

J'ai donné un bon effort mais on dirait que ça me prenait une course pour me remettre dedans. J'ai fait quelques erreurs graves et je ne peux qu'espérer mieux pour le reste de la semaine et la suite de juillet.

J'ai aussi été désolé de voir qu'Antoine n'a eu aucune reconnaissance pour son maillot de Champion canadien. Il me semble que tous les champions ont eu droit à une belle acclamation ces dernières années lorsqu'ils revenaient aux Mardis avec la feuille d'érable sur le dos...

Sinon, le Tour de Québec commence demain. Enfin! Ma première course par étape depuis le Tour de L'Abitibi. Je n'en pouvais plus d'attendre, moi qui mange mes bas quand je vois les gars forts qui font la Beauce ou encore la Coupe des nations. 

Enfin je peux prendre de la forme en accumulant les jours de course. J'espère passer une belle semaine et m'éclater la gueule. Ça commence tout à l'heure avec une étape assez planche qui ressemblera probablement à une partie de poker avec plusieurs maillots distinctifs en jeu!

Je ne sais pas trop comment aborder la course. Je manque d'expérience. Une seule règle: Fabienne que pourra. Je veux avoir du plaisir avant tout.

Je pourrais écrire plus longtemps, mais je vais aller dormir un peu!

Restez en ligne toute la semaine. Des résumés de la course vue de l'intérieur seront disponible après chaque étape, sauf la sixième dans les bars dimanche soir!

yo!

Commentaires

Simon Lambert-Lemay a dit…
Il faut dire: Fabienne que pourra. C'est du RBO 101 el gros haha

Bonne chance pour le Tour de Québec
David Maltais a dit…
C'est corrigé haha!

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…