Accéder au contenu principal

Quand le train passe trop vite...


Bon j'ai pris du retard. Revenons tout d'abord sur cette huitième étape des Mardis de Lachine. 

Une course assez mouvementée, ça a joué du coude solide du début à la fin. La principale raison de tout ça: Maxime Vives qui était toujours intercalé entre son équipier maillot jaune et Jean-François Laroche. Ils étaient donc deux à vouloir la roue du jaune et personne ne s'est laissé faire, ça a faillit planter à plusieurs occasion!

Pour la première fois de l'année, ce n'était pas à nous de contrôler la course. Faut dire que l'équipe Planet Energy a pleinement assuré son rôle en imposant un rythme assez intense du début à la fin. 

Si intense que je me faisais toujours sauté à un demi-tour du sprint intermédiaire et ce, même en étant placé juste derrière le "train vert" à chaque fois. Voilà que l'art du positionnement est maîtrisé, ne reste plus qu'à aller vite... 

Je me suis consolé durant les sprints suivant en voyant que d'autres placés au même endroit faisaient la même bourde. Eille ça roulait vite en prêêêtre!

Rencontré hier sur le circuit Gilles-Villeneuve, Charly Vives m'a expliqué que ces lead-out à chaque cinq tours étaient "à fond à chaque fois" pour préparer le Tour d'Elk Grove en fin de semaine... Ben oui, et mes petits jambes dans tout ça, qu'est-ce que vous en faites? :P

Quoi qu'il en soit, il y avait les hommes et les enfants mardi. Je dirais que j'étais un "adoslescent" dans cette course, si l'on tient compte du fait que le peloton s'est apparament égrainé les 31 tours durant. De mon côté, j'ai sauté dans le tour final, à 500 mètres de la fin... éjecté dans la roue d'un autre, et sur plat!

C'est la première fois de l'année que je passais la ligne d'arrivée à Lachine, environ 15e, ce qui ne donne absolument rien. Première fois que je termine et première fois qu'on commence à craindre de perdre le championnat... Rien n'est joué encore avec deux courses à faire. 

Passons maintenant du critérium d'une heure au routier de 242 km! C'est dimanche qu'on s'attaque à Montréal-Québec. À savoir quelle est ma préparation, c'est la même que l'an passé: rien de particulier, à part du repos pour augmenter le "goût de pédaler". Tout avait bien été pour moi, j'avais été dans beaucoup d'échappées, avais bien rempli mon rôle. Je ne changerai pas une recette gagnante. 

La seule chose qui reste à régler est le transport de mon auto vers Québec. J'en ai absolument besoin pour filer au Saguenay ensuite. Si vous ou une connaissance prévoit suivre la course, et bien faites-moi signe. Celui ou celle qui me dépannerait pourrait bien sûr suivre la course ou faire du ravitaillement pour des coureurs comme bon lui semble, en autant que ma Bagnole soit à l'usine Louis-Garneau pour 15h! svp aidez-moi.

Mon adresse: duffey10@hotmail.com

En terminant, Le Tour de l'Abitibi se terminait dimanche. C'est durant cette course que j'avais écris mon premier article il y a deux ans. J'envoyais le tout par courriel à mes proches. 

Plusieurs m'avait dit de continuer d'écrire, ce que j'ai fait occasionnellement par la suite sur une page blogue où j'avais aussi affiché mes textes de l'Abitibi. On peut donc dire que mon blogue a deux ans aujourd'hui et qu'il a dépassé ses deux missions de garder contact avec famille et amis en plus de faire travailler ma plume durant la saison estivale!

J'ai relus tout ça ce matin et je n'ai qu'une chose à dire, j'ai beaucoup moins progressé que bien des gars contre qui j'étais capable de lutter en catégorie junior... mais avant de commencer le vélo de route,  j'avais choisi de me tapper une grosse technique au Cégep, faut vivre avec ses choix!

Quoi qu'il en soit, si vous voulez recommencer l'aventure du début, le lien ci-haut est tout indiqué!

Commentaires

DaveB a dit…
Nous sommes arrivés hier vers 17h à la polyvalente de Val d’or et
nous y avons rencontré des gens d’un peu partout. Des Japonais
petits, hollandais fendants, français qui parlent toujours, Belges
surexcités et gars de l’Ouzbekistan qui sont un peu trop attirés par
les hommes à mon goût!




hahahahahahahahahhahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahaha
Anonyme a dit…
Combien de km aux jambes ?
David Maltais a dit…
Je sais plus j'ai arrêté de compter...!

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…