Accéder au contenu principal

Un sale mardi!


Avant hier soir, j'avais disputé 11 mardis cyclistes de Lachine en carrière, dont 10 l'an dernier. Dans ma tête, cette course était associée au beau temps, à la chaleur, aux grandes foules, au gros peloton.

Hier, c'était tout l'inverse, mais beau temps, mauvais temps, faut aller à la guerre. On s'en est bien sorti finalement. Certainement le meilleur critérium de l'année pour notre équipe. J-F a livré la marchandise en ce début de saison. Ça commence beaucoup mieux que l'an dernier pour lui!

Mon rôle était, bien sûr, de faire la course: échappées, chasses etc. Mais aussi de me pointer à l'avant à 3 tours de la fin environ pour faire "mon boute dans le vent" avant de rentrer au garage...

Je dirais qu'on a bien réussi et le capitaine a été bien amené jusqu'à la ligne. Excellent donc. 

Toujours embêtant de savoir si mon travail était correct. Lorsque j'étais à l'avant en fin de course, j'entendais toujours mes coéquipiers crier. Je ne savais si c'était "Maltais, ralenti gros cave!" ou encore "plus vite Dave!" ou encore "let's go on continue!". Advienne que pourra, je me suis dit " Je vais rouler à bloc et ils me dépasseront ben quand ça fera plus leur affaire". C'est ce qui est arrivé à un tour et demie du final. Job done.

À noter le faux-départ de Stéphane, c'est la première fois que je voyais ça. Normalement, c'est toujours des EXCELLENTS DÉ-PARTS à Lachine. C'était bien drôle. Le pauvre Cossette a ensuite chuté vers la fin. Dommage pour lui, tant mieux pour nous. L'un de nos soldat est également tombé dans cette chute, le valeureux Daniel Belleville. Un vrai sacrifice humain, comme dirait le capitaine!

Sinon, je n'ai pas trop senti les effets de mes deux heures effectuées en matinée sur le rouleau. Ben ouais, sur le rouleau, parce qu'il faisait vraiment pas beau. C'est long, deux heures là-dessus. Je ne m'en rappelais plus, j'en ai pas fait de l'hiver.

Sinon, lundi, c'était un petit spin relax d'une heure pour replacer les jambes avant de partir pour Longueuil. Je n'irai pas à Trois-Rivières finalement. Les gars de l'UPA Mauricie se sont trouvé un gars pour faire les 3 mois de remplacements prévus, alors que je n'étais disponible que pour deux.

Je fais donc le métier jusqu'en août. Certains trouvent que le compteur de kilomètres monte vite sur mon blogue. C'est sûr, je passe mon temps sur mon bike! Aujourd'hui, je vais découvrir le Mont-Royal. On m'en parle depuis 10 ans, je n'y ai jamais roulé ahahah. 

Voyons cela

5145 km

Commentaires

Anonyme a dit…
Salut David!
Tu as l'air d'un coureur de vélo de montagne(très beaux souvenirs). Tant mieux si votre capitaine a eu la deuxième position et toi et ton équipe avez bien travaillé. Bon séjour à Montréal, profite des belles journées et découvre la ville pour moi...
Ta fan préféréexxx
Annie
Anonyme a dit…
Belle course David, je suis content d'avoir eu des nouvelles du déroulement de l'épreuve (j'ai été trop paresseux pour y aller).
J'espère que tu as apprécié tes montées du Mont-Royal et que tu as trouvé le chemin jusqu'aux côtes qui arrivent au "summit circle". Elles sont plus intéressantes que le Mont-Royal.

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…