Accéder au contenu principal

Pire moment pour flatter


Jamais je n'avais fait un flat en 8 ans de courses, dont 5 années en vélo de montagne!

C'est arrivé hier après 55 kilomètres de parcourus lors des Championnats canadiens. J'aurais bien pu écrire ça hier soir, mais le tout aurait été beaucoup trop négatif, démoralisant, etc.

De toute façon, je suis arrivé tard à la maison, fallait attendre Jean-Michel au test anti-dopage haha. Au retour, J-Mike m'a promis que le Tour de Québec serait vraiment hot cette année. Selon lui, la première étape sera hot, tout comme la 2e et la 3e. La quatrième sera vraiment hot en difficile et le dernier jour de course promet d'être terrible, ce qui sera hot! Excellent je pense donc qu'en général, ça va être hot!

Sinon, je n'ai pas grand chose à écrire de ce temps-ci. La dernière semaine, durant laquelle je n'ai pas écrit, fut composée de 3 jours de repos avant la course d'hier.

J'étais fatigué mais surtout épuisé par ce grave coup de soleil sur le ventre que j'ai pris mercredi. Des fois je manque de cerveau.

Un peu d'intervalles en début de semaine et de belles journées de travail à Radio-Canada.Très TRÈS belle job! C'était bien et j'ai relaxé en masse dans mes soirées. Pas de Saint-Jean pour moi cette année, je voulais faire de bons championnats...

Pas besoin de vous dire que j'avais les jambes dimanche, manquait juste de l'air dans le pneu arrière... Ma crevaison a eu lieu au début du second tour sur 4. Le premier lap ressemblait plus à une randonnée pour financer la recherche sur le cancer qu'à un championnat national. Je m'étais promis de rester tranquille et de ne surtout pas faire le con en partant dans le "early break".

Merci spécial à ceux qui ont passé le dernier mois à me dire que j'étais cave de toujours partir en break au début des courses. Merci beaucoup de m'avoir fait changé d'idée. À l'avenir, je ne vous écouterai plus! :P

Et puis je vais être bon joueur, j'étais très content de voir que mes deux coéquipiers dans l'échappée aient aussi bien réussi hier et j'étais super content pour Guillaume, qui méritait (très très) amplement une telle victoire après une saison 2008 assez révoltante.

Sinon, ben je restais tranquille, je me cachais du vent, je voulais tenir la distance. Les Planets Energy ont commencé leur chasse dans ce deuxième tour. Ça a commencé raide avec une bordure dans la portion "montante" du circuit.

La vitesse était la même que dans la bordure que ces mêmes cyclistes verts avaient fait à Sainte-Martine. Même vitesse, plus les côtes. J'étais pas prêt. Mais bien placé par contre, juste derrière eux. Je souffrais le martyr, mais j'étais au meilleur endroit pour le faire.

Deux coureurs de Kelly Benefits ont tenté de remonter la bordure des Planets. Ceux-ci ne sont pas laissé faire. Ils les ont envoyé dans la gravel. L'un d'eux, Veilleux ou Anderson, a bien failli manger une boîte à mail dans face!

C'est ainsi qu'on s'est ramassé en haut de la montée à 30 gars. J'ai flatté et j'ai vu tous les petits groupe sur la route me dépasser avant de recevoir ma nouvelle roue quelques minutes plus tard. Too late. Je suis parti m'entraîner en sens inverse. Le reste de la course est racontée dans les journaux. André est maintenant un sprinteur Yaaaah :)!

Finalement, ce groupe dans lequel j'étais n'a évidemment pas tenu le coup. Peut-être que j'aurais pu faire une bonne course et montrer que je vaut plus que ce qu'on peut en dire, mais bon, c'est ça. Je me reprendrai... je ne sais pas quand, les Championnats canadiens sont partis du Québec pour un bout! C'est fini pour moi.

Je trippais comme un enfant. Enfin une vraie course qui s'annonçait difficile. Je ne peux pas faire la Coupe des Nations, pas assez bon. Peux pas faire le Tour de Beauce, pas prêt. Finalement, je ne fais rien d'excitant et je m'investis quasiment à fond. Mais bon, je n'arrêterai pas tant que le plaisir sera là. Reste que c'était une rare occasion pour moi de vivre une vraie course de bike...

Bon, je vais arrêter d'étendre ma déception en ces lignes. Je suis encore dans le Nord pour une semaine au moins, le remplacement à Radio-Canada se poursuit et j'en suis bien heureux. Voici le lien pour voir mes reportages de la semaine dernière.


Jeudi 25 juin à 21 minutes 54 secondes (ps: je ne parle pas de bike à tous les jours, c'est une exception)
Vendredi 26 juin à 4 minutes 06 secondes
Lundi 29 juin à 3 minutes 24 secondes

Et pour les mauvaises langues qui trouvent que je fais mon hot en voulant me montrer dans mes reportages télés, sachez que je les met en lien parce que des amis m'ont demandé de le faire parce qu'ils aiment les voir. Donc c'est tout, pensez-en ce que vous voulez!

Pour les autres, bonne semaine!

6440 km

Commentaires

eille maltais super bon tes entrevue c cool de te voir l'oeuvre..tu t tu acheter du nouveau linge???
David Maltais a dit…
ouais haha finalement j'avais pu le choix hoho!

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…