Accéder au contenu principal

Perdu dans la grande ville


Qu'est-ce que je fais depuis 2 jours? Je roule et jme perd, voilà.

Ma conquête du Mont-Royal n'a pas été chose facile mercredi. J'avais toujours l'impression de tourner en rond à force de chercher la fameuse voie Camilien-Houde. 

Une fois trouvée, je me suis tapé le Mont six fois, dont 2 par le Chemin Remembrance et une complétement à bloc par le cimetière. Y'avait au moins un coeur qui battait dans la place!

En m'y rendant, j'ai pu voir plusieurs choses que je n'avais encore jamais vu en vrai. Le circuit Gilles-Villeneuve, Habitat 67, mon coéquipier français Hugo qui roule en courts à 20 degrés!

Toutes des choses qu'on ne voit pas au Saguenay. Putain, tu viens d'un trou, direz-vous. Yes I do.

J'étais de retour sur le circuit hier matin pour un entraînement à 7h30 le matin avec le capitaine, J-P et Thierry. J'étais pas prêt. Les gars vont s'entraîner là avant le travail. Moi j'y vais avant... d'aller me recoucher.

Le sujet du jour était bien évidemment ces chicanes en plastiques qu'on a installé à trois endroits. N'importe quoi. Je ne me sens pas très affecté par ce problème mais j'avoue que Montréal ne pullule pas d'endroits pour se mettre à bloc sans regarder en avant. 

Quoi qu'il en soit, de mon point de vue nordique et spacieux, le Circuit Gilles-Villeneuve est quand même un endroit merdique. À mes yeux, c'est pas normal que les gens se sentent ressourcés à venir rouler sur une boucle de 5 km avec des murs en ciment comme décors et tous les bruits de la ville comme ambiance. Moi, en tout cas, pas capable. Je fais un tour pi j'en ai plein mon casse. Par contre, c'est ce qu'il y a de mieux ici, il faut se battre pour garder au moins ça!

Bref, je ne regrette pas d'aller étudier à Sherbrooke. Un coin de pays qui ressemble au Saguenay par sa (vraie) tranquillité facilement accessible.

Cette sortie matinale a duré 2h45 (je reste pas proche du circuit). Un sieste en après-midi et me revoilà parti pour 2h15 "tempo". 

Finalement, je me suis perdu solide dans la Montérégie. J'ai fait un flat, tous les zig-zags et aller-retour incongrus que vous pouvez imaginer. Je préfère ne pas en parler trop longtemps. Ça m'a donné une journée de 6h30 sur le bike. Aaaaaah mauzuce.

Je me suis changé les idées en allant voir la game de soccer de mon cousin en soirée. Wow, c'est pas le petit soccer du Saguenay, ça joue fort. Un bon spectacle, ils ont lavé la meilleure équipe de la ligue. Ils étaient dans un grand jour. Ça change du vélo.

J'ai déjà joué au soccer, 5 ans durant. Aucun but en carrière! J'ai commencé le vélo l'été suivant. Le seul sport pour lequel j'avais peut-être un petit peu de talent à force de travailler bien fort.

Je n'ai plus arrêté depuis ce temps. Parlant d'arrêt, c'était supposé d'être un week-end sans courses. Stéphane a décidé qu'on allait faire un critérium aux USA dimanche. Ok on y va. Je vous en reparle. D'ici là, 2h molo aujourd'hui et une ride de groupe de 4 heures samedi.

@+

5400 km

Commentaires

Équipe Route a dit…
David, le circuit c'est ce qu'il y a de plus proche à Montréal pour s'entrainer avec le Mont-Royal. Sinon il faut sortir de la ville et c'est sortir de Montréal, 40km au moins pour trouver des routes qui a moins de trafic. Au Saguenay tu fais 5km pis t'es dans les rangs!

Donc pour faire des intervalles et sprints et surtout des chronos c'est le best du best. Le circuit est toujours de la même distance, tu peux te faire des temps de références!
Christian a dit…
Ton histoire à propos du Mont Royal ressemble à la mienne. J'ai fais 3 ou 4 montées mais jamais par Camilien Houle. Jamais trouvé cette maudite côte. J'ai même demandé à 4 montréalais par où passé et personne ne savais de quoi je parlais. J'en ai déduit qu'ils sont tous cons ces montréalais. ;-)
Christian a dit…
mais peut être pas aussi con que moi qui n'a jamais trouvé la côte...
Louis M a dit…
C'est simple Camillien-Houde c'est le prolongement de l'avenue Mont-Royal. Le pied de la côte est à l'intersection bizare de l'Avenue du Parc, l'avenue Mont-Royal, la Côte-Ste-Catherine et Camillien-Houde
Philippe a dit…
Donc, vivement ton retour au Saguenay!

Bon blogue en passant, c'est rare les blogs de vélo en français qui ont quelque chose à dire!

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…