Accéder au contenu principal

À l'attaque au Défi Devinci

Je me sentais pas bien samedi après-midi. Je déteste la côte Desmeules, que nous avions à gravir 12 fois. Je sens toujours une mollesse dans mes jambes lorsque je l'approche. C'est sûrement le manque de confiance.

Étant donné que c'était une course avec des juniors, je m'attendais à ce que ça donne des coups et ça ne me tentait justement pas de jouer à ça. 

Je suis donc parti après 3 kilomètres avec François Chabot sur ce magnifique circuit. Wow, encore un beau début de course devant à éviter les nombreuses chutes survenues au cours des premiers tours. L'écart a monté jusqu'à 45 secondes.

On s'est fait reprendre après 2 tours et demi, c'est là que j'ai vu que la course se déroulait comme je pensais. De la merde, coup après coup après coup. 

Chabot est reparti, je l'ai suivi. On a pris 45 secondes. On a tenu deux tours et demi. J'ai jamais vu ça en 8 ans de vélo, c'était comme un mauvais rêve avec mal de jambes inclus. 

J'ai resté un tour tranquille ensuite. Le peloton s'est séparé et apparament, je ne voulais rien savoir de forcer et tenter de tenir le premier groupe. Je n'ai même pas tenu le second mais je suis revenu seul tout le tour suivant, en me disant que faudrait ben pas que je roule tout seul durant 5 tours. Motivation quand tu me lâche... 

Finalement ce groupe, le deuxième sur la route, s'est désintégré à chaque tour et nous étions 4 pour le dernier tour. J'ai bien essayé d'aider mon teamate junior Laurent Dallaire à aller chercher la 3e place chez les juniors. C'est quand même une sélection de l'équipe du Québec pour eux. Malgré tous mes plans machiaviélliques de bordures à tel moment et d'attaque à tel endroit et etc. On a pas réussi. Il fait 4e et moi je termine en le regardant sprinter contre Jordan Brochu. 

Ce fut suivi d'un retour à la maison avec le nuage d'averses qui nous suivait, moi Antoine et Christian Deshaies. Aaaah jvais relaver mon bike demain...

Après ça, j'ai mal aux jambes. Petit barbecue glamour (aux dires d'Antoine, car les leaders senior, junior filles et gars étaient là) chez Stéphane. On a bien rit et puis je rentre la maison me coucher tôt.

Ce matin, c'était le critérium au centre-ville de Chicoutimi. Un autre beau parcours et j'ai attaqué quelques fois. Je ne vais jamais nul part mais bon, c'est ça ou bien je perd au sprint, comme la plupart du monde. Certains ont bien pensé que je me rendrais en passant les 4e et 5e avant derniers-tour seul en avant avec 10-15 secondes d'avance. Mais non, j'ai pas encore les watts pour y arriver.

Maintenant, dîner et je vais voir cette dernière étape de la Coupe des Nations. Ce sera une vraie journée d'ENFER pour les coureurs aujourd'hui. Je crois que personne n'est prêt, avec ces 13 tours à monter toute la ville, après quatre jours de course intense.

Commentaires

HD a dit…
First I want to congratulate you for this amazing blog!
We Are Pleased To Announce The Launch Of Movies Gallery 09, Mobile Movies in 3gp format, Reality show, Upcoming Movies 09 Trailer, About Dubai,Real Estate, Tips Of Career And Many More.
To start just go to http://trailers2009.blogspot.com/

We hope you like it. Please send us any feedback on the movies and help us improve the sites further
Anonyme a dit…
Salut David, belle course. Ça va finir par payer. Une petite chose, le terme juste, c'est "Machiavéllique", pas machiabélique.

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…