Accéder au contenu principal

Décourageant


Je rentre chez moi hier soir, ma tante me demande: est-ce que c'était une belle fin de semaine? Eh, ben, jsais pas là.

Faut dire qu'en dehors du vélo, on a eu bien du fun tout le week-end. Voyage Montréal-Pont-Rouge en compagnie des Frédérics Ouellet-Lacroix et Boivin en plus de Pierre-Étienne Boivin. Les deux d'EVA couchaient avec leur équipe à Ancienne-Laurette. 

Moi et l'autre  Fred, qui court pour Le Gaspésien, n'avions pas de chambre. On a réservé là. Y'a fallu téléphoner en Inde (vive les 1-800) pour se trouver une chambre. L'Indien comprenait rien, étant incapable de trouver "Anchienne Lowette" dans ses affaires. On a finalement attendu d'être sur place. Pauvre Indien, il était vraiment pas prêt.

Le week-end fut cool et relax. Souper au Boston Pizza + Cinéma (lendemain de veille) vendredi soir. On voulait voir un Imax samedi après-midi, mais les gars aiment pas les films avec une caméra qui se promène dans l'océan. Tant pis. Et les manèges des Galeries de la Capitale ne sont plus aussi excitants qu'avant... 

Pour faire changement, on est allé au Cinéma (Star Trek) avant d'aller souper au Boston Pizza samedi soir. Ça tourne en rond. Ouais, un peu comme le critérium de dimanche.

Commençons par la course sur route du samedi matin. Le déjeuner n'a jamais passé et j'étais pas dans un bon jour, vraiment pas. La bonne échappée, avec tous les gros noms, est partie et j'étais loin dans le peloton lorsque ça s'est produit, j'étais à bloc anyway. 

Ne feelant pas, j'ai laissé tous les juniors et autres U23 motivés chasser abondamment durant 4 tours dans ce vent qui ne laissait partir que les plus forts. Cette course était perdue depuis longtemps. Je ne savais pas s'il y avait des points au cinq, dix, 15 ou vingt premiers pour la sélection des Jeux du Canada. Quoi qu'il en soit, j'ai été intelligent (pour une fois) en attendant le sprint. 

Mon premier sprint pour moi-même depuis... le routier de Sainte-Marie de Beauce junior 2e année, quand Hugo Houle m'avait sacré dans le trottoir. Cette fois, je fais deuxième derrière Stéphane. J'avais gagné chez les juniors à Pont-rouge, je savais comment faire. C'était ma première course sur route en plus. Une malédiction me poursuit depuis ce jour...

Mais ce sprint ne donne rien, les points pour les jeux sont aux cinq premiers. Tant pis, je ne pense pas que j'aurais pu faire mieux dans cette journée merdique pour moi.

On nous demandait de faire un chrono le dimanche matin. Il fallait utiliser le vélo de route. Permission, tout de même, de prendre les barres de chrono et les roues profilées ou pleine. J'ai bien essayé de défaire mes barres de sur mon vélo de contre-la-montre, mais je me suis pris à la dernière minute, vendredi. Mon erreur.

J'ai donc fait ce chrono à une vitesse de grand-mère, sans vraiment forcer. Pas tellement mon genre, même que je vais m'arranger pour que ça n'arrive plus jamais. Je fais du vélo pour la beauté de l'effort. Là, y'avait pas d'effort, et même pas de beauté, le paysage était laid.

Je termine dernier et on commence m'écoeurer. Ça me fait chier, me faire écoeurer. La prochaine fois, je vais trouver des bars. C'est une question de principe, parce que logiquement, il ne servait à rien faire ce chrono à fond. Les points allaient seulement aux cinq premiers. Je connais ma force, jamais je n'aurais fini dans les cinq premiers!

Sauf que la base du sport, c'est donner son max, à chaque fois, c'est pourquoi je roule toujours à bloc dans mes chronos, même si je finis loin et que je suis particulièrement poche dans cette discipline. Le jour que j'aurai à défendre un maillot de leader, je n'aurai pas de regrets. Mais hier, j'en avais.

Quoi qu'il en soit, ça m'a sauvé les jambes pour le critérium de l'après-midi. Une course étrange. Une épreuve aux points, un sprint à chaque cinq tours sur un total de cinquante. Au départ, j'ai compris que c'était 5,4,3,2,1 points au cinq premiers à chaque cinq passage. Je me suis dit, "éclate-toi, essaie de suivre les trois fusées Boivin, Houle et Boily dans les sprints, marque quelques points, ça te fera un bon ptit résultat pour sauver ta fin de semaine de c*(%@%%*". 

J'ai fait ce que j'ai pu, j'ai souvent passé la ligne cinquième, pensant que ça me donnait un point. Je fini 4e au dernier sprint. Bon, c'était pas pire et c'était plaisant de sprinter pour soi, c'est rare mais j'aime ça. Je manque de vitesse, mais bon... 

J'apprend tard en soirée que les points étaient aux 4 premiers à chaque cinq tours. Donc j'ai fait un point dans la course, à la fin. Belle course de merde finalement. 

Je fini donc ce week-end ben fru et je rentre au Saguenay. Radio-Canada m'a appelé pour remplacer. Enfin quelque chose qui me réussi à force de travailler fort. Pas comme le vélo... 3 ans études pour rentrer à la société d'état et 8 ans de vélo pour... pas encore être capable de gagner. C'est dur le bike.

 Ça sera donc une semaine assez relaxe sur le vélo. De toute façon, c'est les championnats canadiens dimanche. Voyons ce que ça donnera. @+

6200 km

Commentaires

Anonyme a dit…
Je ne sais plus trop en quel honneur je suis tombée sur ta page mais une chose est sûre, j'ai bien rigolé à te lire...lol

En tout cas...

Bonne chance pour la prochaine! ;-)

Johanne
Anonyme a dit…
super intéressant ton blog...

je t'encourage a continuer a écrire... :-)

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…