Accéder au contenu principal

Ça pue la France!


Si les Français ont une odeur, le reste du groupe de tête a dû la sentir lors de l'arrivée de la première étape aujourd'hui. 

Loïc Desriac a passé la journée devant et le peloton est venu mourir dans sa roue. De ce que j'ai pu voir, deux de ses coéquipiers terminent dans le top 5 et Guillaume Boivin termine tout juste derrière eux, en 5e place!

Une échappée de 13 hommes a été devant toute la journée. Un seul canadien y était, le Québécois Michaël Joanisse, qui semblait très à l'aise, GREAT. Selon les oui-dires en bordure du parcours, l'écart aurait monté jusqu'à 2 minutes 30. L'avance des 13 s'est désintégrée dans le dernier tour et tout le monde s'est regroupé, sauf Desriac, qui a resisté en fin de parcours.

Le résumé que je vous offre aujourd'hui est bidon, je ne suis sûr de rien, je suis bénévole moi là! Selon ce que les gars m'ont dit, David Boily et Hugo Houle auraient fait du gros travail pour bien placer Guillaume en fin de course. On se félicitait à qui mieux-mieux après la course. Avec raison.







Dave m'a d'ailleurs confié que ça roulait "cut-off" et que c'était loin d'être facile. Il a bien failli se faire lâcher au début, qu'il disait. Je le crois pas, il ment, il est trop fort haha. Guillaume a fait la course comme il l'avait dit: Survivre dans le groupe principal et espérer une arrivée groupée. Il a assuré en prêtre! Les ptits boys de l'équipe canadienne B s'en promettent pour demain!

Parlant de l'équipe canadienne, elle fait pitié un peu, c'est dommage. Les coureurs payent leur linge, ils sont donc libres de porter ou non leur cuissard d'équipe de club. Ça fait une équipe qui n'a aucun style, la seule qui n'a pas un cuissard unique pour tous ses coureurs. Moi en tout cas, j'ai un peu honte de mon pays, mais je suis fier de nos coureurs, surtout ceux de la belle province.

Par ailleurs, j'oserais dire que je ne suis pas trompé il y a quelques semaines quand je disais que certains choix de l'équipe canadienne étaient très douteux et que ça sentait le lobbyisme. 

J'avais oublié de spécifier que cette critique ne concernait aucun Québécois. Je suis quand même surpris que Garrett Mcleod ait été si mal aujourd'hui. Sinon, pas de surprises. En bref, je dirais que j'ai bien vu de quoi un coureur de ma force peut avoir l'air dans une telle course...

Potins de bbbike

J'ai été soulagé de voir ce matin que le gars de la ville qui m'a piqué ma job de relationniste s'est fait tassé par un candidat beaucoup plus adéquat. C'est mon ancien coéquipier Dominique Perras qui s'occupe des relations avec la presse, je ne suis plus fâché. Lui, il connait le bike bien plus que moi et tellement plus qu'un fonctionnaire de Ville de Saguenay :P

Les Ouzbeks et les Allemands sont arrivés au Québec hier soir... Ils ont bien couru quand même, sauf un Ouzbek qui a dû trouver le temps long. Il a eu un problème technique dans les dix premiers kilomètres et fut aussitôt condamné au camion balais. Il a fait la moitié de la course avant de "mettre le flasheur". Ça n'en fait des heures d'avion et d'entraînement pour rien. Maudit que c'est dur le bike.

Une chance que les gars de l'équipe canadienne ont décliné notre invitation à faire du karting hier soir. J'ai mal un peu partout lâlâ!

J'ai revu mes amis de Radio-Canada aujourd'hui. Ils vont même présenter le Téléjournal de ce soir en direct du Montagnais, où dorment tous les coureurs. Cool, c'est plaisant de voir que les médias font des efforts pour montrer l'événement, parce que côté spectateurs, c'est assez mort. Faut dire qu'on est jeudi. Comme l'an dernier, les foules augmenteront avec les jours. Le caméraman Steven a pu suivre la course en moto. Il aura donc de belles images d'action pour inciter les gens à venir faire un tour aux courses. Vive la tv!

Côté entraînement, c'était vraiment dur ce matin avec 2 fois 10 minutes de 15/15 en me rendant à la course. Plus un bon deux heures de promenade rapide en bike sur le circuit avant d'en avoir assez. Je suis rentré prendre une douche et revenu à la course juste à temps pour prendre quelques photos pour veloptimum. Je me disais que personne n'en n'enverrais, j'ai donc fait un petit effort. Rien de grandiose, mais ça met de la vie dans une page de résultats!

Révoltant de voir l'attitude de Tino Rossi face au dopage. Lui qui organise des épreuves pour les jeunes en plus... Quelle sorte de message de merde pensez-vous que ça envoie? Anyway, je vais me retenir de trop critiquer...

4700 km

Commentaires

Anonyme a dit…
L'équipe canadienne ne fournit pas au moins un kit jersey-bibs aux coureurs?? Ils sont en faillite ou quoi?
Bon côté course je souhaite bonne chance à tous les coureurs d'ici parce que les autres jles connais pas!
David Maltais a dit…
oui ils fournissent mais vu qu'ils paient eux-même, le sponsor de vêtement ne peut obliger les gars à mettre le cuissard à l'éfigie de l'équipe nationale. Ils en profitent donc pour faire de la pub à leur commanditaire personnel
Anonyme a dit…
merci dave j'attends des news de la course et t'es le premier à publier qqchose.
andré
David Maltais a dit…
ouais je regarde l'heure et j'ai minimum 6 heures d'avance sur tout le monde.

La preuve que l'avenir des médias est sur internet!
Anonyme a dit…
Incroyable les propos de tino rossi. Ce qu'il recherche lui c'est de l'entertainment avec le vélo. C'est pour ça qu'il a invité Landis.

La fqsc devrait le boycotter et lui retirer son soutient définitivement. Stun mafieux c'est clair ça toujours été. DEHORS!!

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…