Accéder au contenu principal

2 jours particuliers


Tout le monde m'en parlait hier: "eille, c'est quoi l'histoire que tu t'es perdu en venant à Lachine??"

Ouais, bon je raconte.

Étant tout excité devant la soirée spéciale qui s'en venait pour mon équipe et surtout mon sponsor, je voulu arriver tôt pour bien en profiter. 

On nous avait dit de laver nos bikes top notch, ce que j'ai fait avant de quitter. Il n'est pas arrivé propre finalement....

Je voulais y aller en vélo, ce que je n'avais jamais fait. Mais avec qui? Ah jvais y aller seul, spa compliqué. Google map, je trouve un chemin: la bande de terre artificielle qui décolle du circuit Gilles-Villeneuve (revenu accessible aux bikers, yesss) et qui se rend jusqu'au Pont Mercier, tout près de Lachine. 

En plus, y'a un beau pont pour les vélos à côté du Pont Mercier. C'est ce que je vois sur Google map, du moins. 

Je pars avec le Ipod sur les oreilles, la vie est belle, fait beau. Oups, j'ai oublié mon "kit de flat". C'est pas l'endroit pour crever, seul sur une bande de terre, pas de téléphone. Et même si on m'en prête un, je n'ai aucun numéro où appeler! J'accélère le rythme pas mal, à Lachine et au plus vite!

J'en arrive à un parc et je me dis "voilà la belle piste cyclable menant à Lachine!" Finalement, c'était un rond dans une forêt qui s'arrête à la frontière du territoire "caucasien" de Montréal. Je perds dix minutes et je stress de faire un flat.

Je reprend la grande route que j'avais quitté. Elle est maintenant en grosse gravel piquante. J'ai pas mon kit de flat, il est 5h45, je peux plus retourner au Pont Champlain, trop loin. Roule et ne pense pas. 

Voilà une pancarte: "Territoire amérindien de Kanawhake, défense d'entrer sous peine de poursuite judiciaire". Fuck, advienne que pourra, je ne peux pas manquer un Lachine pour m'être perdu! Surtout pas le Lachine pour lequel mon équipe a invité Floyd Landis!

J'arrive au Pont Mercier, que je regarde de bas. Il est inaccessible de la bande de terre. Juste de gros piliers de ciment. Avant-même de voir le pont de "piste cyclable", j'avais oublié l'hypothèse qu'il y ait vraiment un piste cyclable sur ce pont, les indiens sont pas trop du genre à pédaler. Comme de fait, je le vis quelques mètres plus loin. C'est un pont de train. 

Je peux accéder aux rails, le pont est relié au sol par de la terre et non par des piliers. Ouf.
Je monte pour voir s'il y a une autre façon d'aller à Lachine que par cette track de chemin de fer. Not. 

L'espace est suffisant pour me tasser à coté des rails si jamais un train arrive. Je dois aller courir à Lachine. Je traverse. S'en suivi dix minutes d'enfer à pédaler entre des grosses pièces de bois, à voir l'eau sous mes roues. Et ça brassait. Indescriptible. Paris-Roubaix, à côté de ça, c'est rien! Un Kuota Kredo, c'est fait solide, vous n'avez pas idée.

J'arrive finalement à Lasalle, je vois une route, je peux descendre. Je vais être en retard au meeting d'équipe, mais tout ça aurait pu bien mal tourner. Je suis soulagé. POWF! Mon pneu arrière éclate. Je rentre sur le flat. Je pleure quasiment hahaha.

J'arrive en panique, je suis méchant et stressé. Bruce me change mon flat et me met un Zipp 808 pour la course yeesss. 

Ça me prend 20 minutes à me calmer. Je suis relax habituellement, mais une fois que le stress décolle, c'est long avant que je revienne normal.

Heureusement, pas trop d'attention sur moi, je peux relaxer. Floyd est à l'autre bout de la tente et tout le monde n'en a que pour lui. 

Quant à moi, en 8 ans de vélo, c'est la première fois que j'affronte un gars qui a fait le Tour de France. Qui l'a gagné en plus. Je sais, comme tout le monde, que légalement, Floyd n'a pas gagné le Tour 2006. Mais de ce que je peux savoir, de la connaissance que j'ai du milieu du bike pro, c'était quand même lui le meilleur des illégaux. Je ne généralise pas, mais peut-être un peu, quand même.

Voilà ce que j'en pense sincèrement. Vous pourrez dire ce que vous voulez en commentaires, mais vous ne pourrez pas dire que je suis hypocrite. Bon j'arrête d'argumenter, sinon je vais me faire contre-argumenter à mort!

La course maintenant

J'avais déjà 3 heures dans le corps sur la ligne de départ. Une heure relaxe le matin et 2 heures perdu à stresser. Ce ne fut pas mon plus grand Lachine. Ça roulait vite, mais c'était pas dément non plus. 

J'aurais pu remplir ma tâche plus efficacement avec des jambes fraîches. mais bon. J'ai fait mon max, du bon travail dans les 20 premiers tours. Je me tenais à l'avant, etc. 

C'est moi qui amenait J-F au sprint intermédiaire avec 10 tours à faire. Il dit qu'il trouve toujours notre roue, pas besoin de l'attendre ni de regarder en arrière pour l'amener à l'avant. Il ne m'a pas trouvé on dirait. 

Un effort fatal pour moi. S'en suivi plusieurs tours à bloc en 15e position environ. Jamais capable de remonter pour aller contribuer à la chasse du groupe qui était devant et qui menaçait notre leader.

Landis a commencé à attaquer avec d'autres, ça n'a fait qu'augmenter le pace. Les médias disent que Floyd ne s'est pas montré le nez à l'avant de toute la course et qu'il a été irrespectueux envers la très grande foule sur place. Moi je l'ai vu attaquer, mais au moment opportun, pas nécessairement devant la foule. Il a fait une course, pas un spectacle. Pas une grande course, mais bon.

J'ai failli m'accrocher avec Floyd à un certain moment. Wow, ça aurait été un honneur de subir ma première chute en vélo de route à cause de Floyd Landis!

Je vois le devant du peloton à 2 tours de la fin. Je roule à bloc durant 1 bout droit et un peu plus, on me dépasse, c'est fini, je rentre au pit. Comme d'habitude, tout le monde me regarde en disant "povre tit gars qui a abandonné, il est jeune c'est pas facile". Mais c'est plutôt ptit gars bien content d'aider son team sans finir la course plutôt que de finir 15e et être inutile.

Finalement, ça tourne mal pour nous mais pas de panique, tout est sous contrôle. Cette saison des Mardis sera tout un show. J'ai adoré la course de ce soir. Ce n'est qu'un au revoir.

- Beaucoup de monde autour de notre tente, j'étais pas prêt. J'étais habitué d'être celui qui regarde à l'intérieur de la tente lorsque j'allais dans les pits à la Coupe du Monde du Mont-Saint-Anne. Là, c'était l'inverse haha.

- Dommage que l'équipe Planet Energy ait passée un peu sous le silence dans l'affaire. Ils avaient un très beau "setup" dans les pits. De belles voitures, de la bonne bouffe chic. Et comme Keven Lacombe l'a dit, des coureurs 100% propres. Je pense ça aussi, c'est important et malheureusement peu valorisé. 

Ils ont eu leur revange, la victoire en course, c'est ce qui compte. Bien joué.

La randonnée

Superbe journée hier pour cette sortie avec Floyd et ses amis. Tout était en place, on distribue les maillots Probikepool-Kuota aux gens qui se sont inscrits et on est parti pour 90 kilomètres sur les laides routes aux magnifiques paysages de Bromont.

Ce fut bien agréable. Moi et Antoine voulions que Floyd nous attaque dans une bosse, juste pour voir. Il disait manquer d'"energy". Nous aussi, ça aurait donc été un "fair battle" mais ça n'a jamais eu lieu. Y'a eu des moments tranquilles, des bordures, des attaques, des GPM. J'étais brûlé à la fin. Ne restaient plus que le souper et les tites frettes.

On a aussi pu compter sur la présence de Charles "hoho" Thibault et de Marc Dufour, qui nous dépannaient dans leur char de Pimp du Groupe Centrifuge. 

Y'avait aussi Damien Harvey, de chez Alma Bicyles, qui était venu du Lac pour L'occasion. Il a pris une photo avec les gars de Ouch et Rollin. Il voulait être accompagné des "gars du lac" de Probikepool, moi, David et P-O Boily. Un honneur de poser avec Damien la légende!

En terminant, il y vait bien sûr Bruce Loranger, notre directeur sportif, qui s'est encore occupé de ses coureurs et des invités comme un champion. Merci beaucoup Bruce.

Sinon, Floyd parlait avec les gens, comme les autres coureurs d'ailleurs. Il m'a personnellement dit qu'il n'avait plus de temps pour les courses de Mountain bike (on est pareils hahaha) et que Charles lui avait dit "hoho Tibo!". Il n'a pas une grande jasette, comme un certain auteur de ces lignes, mais bon, chacun son truc. Moi les mots, lui les Watts.

Je ne comprend pas pourquoi ces deux événements ont tant été critiqués. À mon sens, le gars a payé son dû. Je pense que les gens qui se sont inscrits respectent l'effort qu'un coureur du Tour de France doit faire pour disputer une telle course et sont prêts à financer une oeuvre de charité tout en ayant la chance de rouler avec Floyd. Le gars a quand même fait le Tour et même plusieurs fois. Pas plus compliqué que ça.

D'ailleurs, un encan silencieux a eu lieu au souper, laissez-moi vous dire que les prix ont monté haut. Pour le plus grand bonheur de la Fondation François-Michelle. 

Quoi que certains ont pu en dire, ce fut deux très belles journées. À savoir pourquoi le prix des inscriptions avait diminuer de moitié, c'est uniquement parce qu'on donnait le choix ou non d'acheter le kit probikepool. Voilà, point, fin de la spéculation.

6000 km

Commentaires

Dom Raby a dit…
Cool ton blogue.
Tu réussis à m'accrocher par ton style d'écriture.

Lâche pas
Bonne fin de saison
Anonyme a dit…
Merci David pour ta note sur l'équipe Planet Energy au Lachine. Continue de rouler et soutenir une éthique 100% propre dans le cyclisme.
Keep on rolling!
de Planet Energy

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…