Accéder au contenu principal

Le Saguenay c'est loin


Ben oui, y'a fait beau partout hier, sauf à une heure de la maison:  plein de neige,  de grêle et un peu de pluie dans le parc des Laurentides.

On ne s'habitue pas à ces facteurs amenuisant le bonheur!

Tout cela pour dire que c'était mon dernier retour pressé dans la nuit du dimanche. La fin de semaine prochaine, je ne monte pas à Granby pour le contre-la-montre, je continuerai plutôt la préparation pour le Grand-Prix de Saint-Raymond, le vrai début de saison. Encore deux semaines d'intensité et le bloc sera complété.

Vendredi c'était repos et j'ai mangé les repas fourni par l'université pour mon premier parcours sur 4 qui avait lieu le lendemain matin. 

Pour cette première shot, je faisais le parcours de 54 km avec, dans le ventre, le déjeuner à haute valeur glycémique. Ça ressemblait en tout point à ce que je mange le matin d'une course. Chu pas pire, chu pas pire...

Avant de commencer, j'apprend que les analyses de données de mon test de VO2max révèlent que j'ai 70 ml/mn/kg de capacité de respiratoire. C'est mieux que ce qu'on m'avait dit. Ben safe. 

On me dit aussi que je suis rendu à 8,5 % de gras. J'ai gagné deux points depuis le camp d'équipe. Voilà ce que ça fait quand on recommence à bouffer. Maintenant, nous sommes en mai et je refais le métier. 

Je complète les 54 bornes sur le computrainer en 1h31 pour 35,8 km/h de moyenne, prenant 8 minutes d'avance sur le gars qui l'a fait le jour avant. Je suis complètement défoncé, fais mes bagages pour Brossard et décolle avec Mon frère Maxime et Stéphane

Le voyage se déroule bien. C'est en appelant Bruce le directeur-sportif pour savoir comment les gars ont été à Jiminy peak que celui-ci me suggère d'aller au Siboire à Sherbrooke ce soir. J'allais y dormir, dans ma future ville, puisque nous allions porter mon frère pour sa session d'été.

On va donc prendre une bière au siboire et son proprio, en l'occurrence mon coéquipier Pierre-Olivier Boily, est sur place. Il vient nous jaser et nous présente son associé dont j'oublie le nom :@. Les deux disent avoir lu mon blogue durant le camp d'équipe et ont de bons commentaires. Toujours plaisant de se faire encourager, et ça m'arrive de plus en plus souvent!

Dimanche fut une belle journée. Lever à 8h, départ en bike pour aller déjeuner pas loin. Toujours fascinant de voir comment Stéphane peut manger... tout cela suivi d'une petite sortie relaxe, lavage de bike et on décampe vers Brossard. 

Une fois sur place, la dame à l'inscription me dit qu'elle lit mon blogue. Wow je suis populaire! 

Je rencontre mes potes d'écoles Jean-Simon et Martin qui sont en stage à Montréal et qui sont venus voir une course de bbbbbbbbbike. Course organisée par Philippe Dallaire, lecteur de mon blogue que je remercie au nom des coureurs pour contribuer, par son organisation, à nous fournir un calendrier québécois bien garni de mai à août.

La course s'est moins bien déroulée que la semaine dernière pour moi. J'avais les jambes un peu lourdes de la veille et j'ai été lancé un peu à l'abandon par mon équipe. Il faut dire que nous sommes beaucoup, ça  vient mêlant. Qu'à ce la ne tienne, j'ai fait ce que bon me semblait: couvrir les échappées, ramener si nous étions absents et garder un bon rythme à l'avant si tout le monde tend à ralentir. 

Dans cette dernière fonction, je me suis d'ailleurs fait remercier par Jean-Sébastien Béland de Volkswagen, qui me dit merci à la place de faire comme moi pour aider son team. Finalement, à part crier des insultes à tout le monde, y fait pas grand chose lui. Advienne que pourra.

J'ai terminé ma course de la même façon que souvent (quand j'étais en santé) l'an dernier, en donnant mon max en avant à 2-3 tours de la fin. Erreur cette fois par contre, aucun compte-tour à l'arrivée. Juste Bruce qui fait des signes avec ses doigts. Moi j'ai compris: y reste deux tours. Mais ça voulait dire autre chose. J'ai donc tout donné à six tours de la fin, me rendant inutile et ben défoncé pour la vraie fin.

Sur ce, j'étais vraiment fâché après moi. On a appris et on va revenir plus fort. 

Je me suis consolé en apprenant qu'Antoine avait gagné chez les juniors et de voir que Stéphane termine 3e en senior. Cette fois-ci, c'est moi la patte faible du trépier, mais justement notre force de l'être chacun notre tour dans tous les domaines!

J'ai appris ce matin que Pierre Lavoie avait été très très  bon à Tout le monde en parle hier soir. J'ai été bien content d'entendre ça et ça ne me  surprend pas une seconde de ce gars exceptionnel. 

Pierre est l'un des fondateurs d'Eva-Devinci entre autres. Il est l'un de ceux dont les efforts mis dans cette équipe ont été anéantis par quelques éléments négatifs présents dans la structure ces deux dernières années. 

En plus de contribuer à la recherche sur l'acidose lactique, de faire son défi à plusieurs reprises dans la région et d'être champion du monde Ironman, Pierre a oser dans ce rêve fou de faire une équipe élite régionale sur route.

Un rêve dont on s'est réveillé assez vite malheureusement. Sur la fin, le rêve était un cauchemar pour moi, mais je me suis réveillé et dans deux semaines, j'espère pouvoir commencer à prouver que j'ai bien dormi.

2880 km

Commentaires

Anonyme a dit…
Mon dieu, penser j'étais également au Siboire samedi soir... j'aurais pu te dire: Salut David, moi aussi je lis ton blogue :p

En passant, c'est très apprécié de lire tes commentaires, ils sont une bonne source de motivation pour continuer à m'entraîner de mon côté... mais en roulant sûrement un peu moins vite que toi !!

Rafael

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…