Accéder au contenu principal

J'étais fort des jambes


Ouf la sortie relaxe de 2h30 mardi a fait du bien. Moi et Stéphane avons roulé comme des mammas, c'était mérité. 

On a même passé une heure chez Mathieu Boily en ne sachant même pas si on allait avoir un jour le courage de repartir haha les chaises sont confortables.

Le repos a payé ce matin. On a fait 2 heures à un bon rythme sur des chemins un peu vallonés. Ce fut ensuite du repos jusqu'à la régionale du soir. Après débat, on nous a laissé courir même si on est vraiment pas les bienvenus. J'y reviendrai...

Dieu que c'était tough. J'étais surexcité et j'attaquais sans cesse. Je me suis fait prendre suite à ma première tentative, Simon Brassard, Raphaël Tremblay et Stéphane attaquant aussitôt que j'eus été repris.

Me voilà pris à les chasser avec un peu d'aide des autres dont des gars de proco, deux juniors d'EVA et Luc Boily. Mais j'ai mangé pas mal de vent malgré tout.

On a réussi à revenir de peine et de misère. J'ai réattaqué, ils ont re-contre-attaqué, j'ai re-chassé, j'ai re-ramener et pis j'étais à bloc encore.

Dès que le peloton se réunissait, ça ne roulait plus, je suis reparti. On m'a ramené mais cette fois-ci, pas de contre-attaque. 

Je suis reparti pour la cinquième fois à 7 tours de la fin, ça ne roulait plus derrière et j'ai pris le large. Raphaël me rejoint facilement. Il a encore quelques watts dans ces jambes celui-là, même s'il a lâché le bike il y a maintenant deux ans!

Il confirme par contre qu'il est à bloc et qu'il me laissera gagner, ne sentant pas qu'il peut m'accoter (suffirait qu'il s'entraîne juste un peu!). Les autres ont réagi beaucoup trop tard et je gagne. C'est ma première victoire sur une régionale de route, comme quoi je ne suis pas né avec un casque sur la tête! 

J'avais vu ma première course il y a 8 ans, à Saint-Fulgence, alors que les cadets Éric Boily et Raphaël Tremblay faisaient la loi. C'était impressionnant. Aujourd'hui c'est un peu différent et j'aimerais pouvoir être en mesure de faire de bon coups sur le circuit provincial. Mais c'est dur le bike...

On ne peut pas dire que moi, Stéphane et Simon étions les bienvenus sur cette régionale. On a clairement indiqué qu'on avait juste à aller s'entraîner ailleurs et que si on pense qu'on sert de modèle aux jeunes, on se trompe parce que EVA-Devinci junior est là pour donner l'exemple!
 
On a même été jusqu'à nous dire qu'on a eu notre chance et que l'équipe senior a fermé parce qu'on est des adultes irresponsables et que maintenant on est tout seuls et c'est ce qu'on mérite. Belle généralisation et belle déformation de la vérité sur ce qui s'est passé l'été dernier. Ça fait très mal d'entendre ça (et j'en passe) mais j'ai personnellement l'esprit tranquille quand même. J'ai pas été un ange tous les jours, mais j'étais très loin d'être le diable!

Je dirais qu'en général, notre présence a été appréciée par les coureurs. Ça a fait une belle course et tout le monde a fait de gros efforts! De toute façon, un sportif qui a vraiment l'âme d'un compétiteur sera content de se frotter à meilleur que lui-même.

On dit que c'est un circuit de développement qu'on a pas d'affaire là, que ça décourage les gens. Les arguments sont quand même bons, mais il n'en demeure pas moins que ça va à l'encontre de l'essence même du sport. C'est comme si j'aillais brailler à la FQSC parce que Dominique Rollin va faire des Mardis de Lachine cet été. Aaaah que c'est ridicule.

Le sport est supposé d'être un combat contre soi-même pour relever des défis. Les adversaires ne sont qu'accessoires et chacun complète le défi de l'autre. On m'a invité à ne pas prendre le départ de la course. On a encore plus invité Stéphane et Simon, eux sont champions québécois élites respectivement sur piste et sur route et ils ont encore moins d'arguments pour justifier leur présence! :). J'ai respecté les principes pour lesquels je fais du sport et je me suis inscrit quand même.

Les grincheux qui se plaignent de ne pouvoir nous suivre parce qu'ils travaillent 40 heures semaines parleront dans notre dos, je m'en fou pas mal. Surtout que je suis cycliste à temps plein depuis 8 jours seulement, avant quoi je faisais du 40 heures minimum moi aussi. Ça n'a aucun rapport. Plein de gars qui vont vite au Québec font de même. C'est vraiment un argument de jaloux qui connaît rien dans le bike!

Parlant de job, j'ai le remplacement à L'UPA aussi. Je lui ai dit que je ne pourrais pas en raison de mon indisponibilité au mois d'août. Il a quand même insisté pour que je sois présent en juin et juillet. Il va tout simplement redéfinir mon mandat pour 2 mois. Tout est parfait. Je commence le lendemain de la Coupe des nations.

4100 km

Commentaires

Nick a dit…
Vous devriez continué à aller à ces courses régionnale... Ici à Québec, il y a tjrs plein de gars de ton team, Charles Dionne, parfois des gars de VW, parfois des gars de Planet Energie, qui se présente au course du mardi soir.

C'est certains que le calibre est plus fort, mais ça motive a rouler plus vite et a s'entraîner plus fort.

Lâcher pas votre boutte pour participer à ces courses

Nick (un gars qui se fait larguer mais qui chasse tjrs )
Max Maltais a dit…
Hahahaha c'est vraiment drôle cette mentalité de développement ça me fais penser au Vélo de montagne d'il y a quelques années !!! Ce n'est pas en gagnant des courses contre du monde moins fort qu'on s'améliore. La présence de coureur élite quelques fois dans la saison ne peut qu'être bénéfique pour de jeunes compétiteurs qui vont voir une source de motivation, le calibre qu'ils peuvent atteindrent et le dépassement de soi qu'ils risquent de ressentir lors de ces courses. Quand à ceux qui ne veulent pas voir ces coureurs élites sur les régionales probablement pour ne pas souffrir ... et bien le bike c'est dure et avec des élites c'est encore plus dur. Vive le bike !!!

Merci
Louis M a dit…
Good Job! Pour la course et pour l'UPA
Mitch a dit…
C'est une question épineuse mais assez intéressante qui mérite qu'on s'y intéresse. Il faut faire l'effort de se mettre sur les deux positions pour essayer de comprendre. Rien n'est blanc ou noir dans ce cas présent! Ca restera toujours une décision qui ne plaira pas à tous le monde.

Je suis un maitre A de calibre pas pire. Je suis capable de suivre et de faire des sauts en avant dans le peloton du circuit régional à Québec. Il est clair que ce peloton est mené principalement par les seniors 1-2. Mais, on subit plus que l'on pèse sur la course. À mon âge (34), mes vues sont relativement limité pour la progression et l'important est d'avoir du plaisir tout en souffrant et en essayant de peser sur la course!!! J'ai commencé à faire du vélo sur le tard (première année en route sur le circuit régional), j'ai ne possède donc pas d'un background acquis à l'âge junior comme peux l'avoir un gars comme JF Laroche qui travaille 40h semaines. A-t-il des enfants?

Toujours est-il que la présence des seniors accélèrent la course. Ainsi, les moins forts dans les maitres, seniors 3,junior et cadet se trouveront larguer durant la course. Et certain très rapidement. Acquérir de l'expérience pour eux devient difficile et il peut en devenir une source de frustration. Certains gars de montagne ont même trouvé leur expérience de critérium très déplaisante ce printemps.

Ceci dit, même les bons maîtres (à part Pierre Boilard, BabUu etc. qui sont très forts mais possédant beaucoup d'expérience)) auront de la difficulté à réellement s'imposer!

Personnelement, je suis fier de penser que j'ai couru sur la même course que Charles dionnes, que David Boily etc.. Mais je dois revoir mes objectifs au début de la course en fonction de leur présence!!!

Ceci dit, je militerais jamais pour empêcher leur présence. Malgré que pendant la course, quand je suis dans le rouge fluo, ca m'arrive d'y penser à ces sacré séniors 1-2!!!

MITCH

Au plaisir de te voir David à la prochaine régional de québec mardi prochain! PLusieurs membre de ton équipe seront surement présents comme d'hab! Je pourrais t'interviewé pour un post sur mon blogue!!! héhé
David Maltais a dit…
Effectivement! C'est un peu ce que le gars nous disaient et c'est pourquoi je souligne quand même que ses arguments sont bons.

Sauf qu'hier les organisateurs nous ont manqué de respect un peu beaucoup en ressortant des histoires très déformées de l'an passé.

C'est choquant quand on en vient à comprendre que plus on s'investi, plus on a pas le droit de se présenter sur certaines épreuves.

C'est effectivement sensé mais ça se contredit un peu en même temps. J'aimerais bien qu'on dise que c'est juste du vélo, mais je ne peux pas dire ça quand on m'oblige à rester sur le côté à regarder les autres faire ce que j'aime le plus: courir.

On se verra ce week-end mitch à Charlevoix! Ça va me faire du bien de me faire interviewé, je suis habitué à l'inverse!
Gab Girard a dit…
Jsuis a 100% daccord avec toi David, l'esprit du spport et de la compétition est de enfin pouvoir ce frotter a meilleur que soit afin de voir a quel niveau nous en sommes rendu et les progrès que nous avons pu avoir a l'entrainement. Ce nest pas en fesant une course ou on est quasi certain detre un des ''forts'' que l'on va samélioré.
Je peux te confirmé qu'au niveau des coureurs de mercredi vous étiez les bienvenues et que nous étions tres heureux de pouvoir rouler avec vous. Enfin!
L'opinion donné pas CEUX qui sont contre ne réflette pas la mojorité tu peux en etre certain.
Sure ce je te dit a la prochaine régionale ;)

Gab Girard
Anonyme a dit…
Salut David,

très bien ton article, et je t'encourage fortement à continuer d'écrire comme ça tes sensations bonne ou mauvaise, par contre je t'invite à rester le plus humble possible pour évité la provocation.

On va courir ensemble cette année David, je suis un gars qui à vu beaucoup de chose dans le monde du vélo, du niveau local au niveau international et cest rien de facile le bike, par contre c'est un des meilleurs monde pour te développer une bonne personalité et une force intérieur, il faut bien jouer tes cartes cest tout et surtout être concient de tout. Tu sais je vien de l'abitibi et j'ai habité à québec, sherbrooke, montral et toronto même, pour se qui est du canada seulement, alors je connais bien tout les petits endroit de course local, et souvent on dérange les gens, on leur fait peur et ils réagisse à notre présence et ça peut être possitif ou négatif selon les individue, alors c'est pourquoi il est important de rester humble et de marcher sur son égo, tout en gardant notre ligne de penser pour notre progression, cest la seule façon de te gagné du respect, jai apprie ces choses là parce que jai fait plein d'erreur et ça ma couté très chère, mais aujoud'hui je suis content d'avoir passé par ce chemin parce que je peut encourager des boys comme toi qui represente notre future en vélo, alors lache pas David et ne te laisse pas bouffé par la peur des autres, et continue de gagné des courses humblement aussi comme tu a fait et tu va voir cest la meilleur facon que les gens vont te laissé prendre ta place dans se monde un peu cruelle parfois, bonne chance partner....

sébastien pilotte
Anonyme a dit…
Salut David, je ne vois rien dans ce commentaire qui justifie l'ire des organisateurs. Vous n'êtes pas au sujet de ce que devrait être une course, qui pourrait y participer, mais tu n'insultes (presque) personne. Bref, j'ai souvent payé pour, mais j'ai toujours préféré avoir les meilleurs dans le peloton. Au pire, tu peux dire plus tard que tu as roulé avec eux et au mieux, que tu les as battu!
Luc a dit…
Re-salut Dave, peut-être qu'il serait possible de faire une proposition aux organisateurs. Un handicap. Un tour de retard ou bien un certain laps de temps entre votre départ et celui des autres coureurs. Comme ça, le groupe de devant DOIT rouler vite ou bien s'organiser s'il ne veut pas être rattraper par les méchants séniors 1-2! Parfois, ce sera eux qui vont gagner, parfois vous, mais dans tous les cas, tout le monde est gagnant.

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…