Accéder au contenu principal

Entrevue, vent et remplaçement


Whoa tout un début de semaine de "vacances"!

Lever tôt lundi matin chez Jean-Michel Lachance. Direction entrevue à L'UPA à Trois-Rivières. Tout a bien été et c'est intéressant comme job.

 L'horaire me permettrait de faire la plupart des courses. J'en saurai plus au courant de la semaine.

Je repars dans le Nord vers 10 heures et je "reset" l'odomètre de mon auto devant le Petro-canada à Stoneham. 45 kilomètres plus tard, je stationne mon beau honda Accord, sort le bike et va virer au Petro-Canada aller-retour.

 Ce fut donc un beau 3 heures pour 90 kilomètres dans les bosses et le vent violent qui change sans cesse de directions. AH ces montagnes, elles réservent toujours de mauvaises surprises.

Le froid fut tout un choc aussi. il faisait 3 ou 4 degrés et la neige tombait par endroit. Je vais finir par tomber malade avec tous ces changements de climat. 3 degrés mercredi, 30 jeudi, 5 vendredi, 23 samedi, 27 dimanche, 3 lundi aaah :P

Je suis finalement arrivé au Saguenay nordique à 17h30. Toute une journée durant laquelle j'ai eu l'impression d'avoir fait beaucoup plus que 4 heures d'auto.

Je me suis couché tôt et même après 12 heures de sommeil, j'étais encore sonné ce matin. Toutes ces éventualités concernant mon avenir estival me dérangent beaucoup et j'ai essayé de règler ça de matin, avec succès. 

Un appel à Radio-Canada et on m'a confirmé ce que j'attendais tant: je remplaçerai aux nouvelles télévisées (où j'ai fait mon stage) durant les deux premières semaines d'août avant de prendre le chemin du droit à l'Université. Le rêve quoi!

Je vais donc fêter mes 20 ans en travaillant à Radio-Canada. Jamais je n'aurais pensé, même dans mes pronostics les plus fous, que ça aurait pu m'arriver si tôt dans ma vie de travailler à la société d'État. Dans ma tête, j'espérais y entrer vers 40 ans... Ça fait plusieurs mois que j'attend cette annonce et c'est aujourd'hui un gros accomplissement après trois années de gros effort pour moi. 

Ça ne va pas super sur le vélo, une chance qu'il y a autre chose qui roule!

Étant donné que je booké pour 2 semaines seulement cet été, je pourrai me consacrer entièrement au bike jusqu'en août. Aussi bien d'en profiter, c'est peut-être la dernière fois que je pourrai faire ça. J'ai l'argent pour le faire car j'ai travaillé pour ça tout l'hiver.

Toute façon, plus on a de cash, plus on en dépense... et je vais refaire le plein avant l'automne :)

Sur ce, j'ai mal aux jambes et je vais allé faire spinner ça tranquillement durant deux heures avec Stéphane tantôt. J'ai encore vraiment mal aux bras en raison du Wake-Board, mais ça je ne peux rien faire!

Semble-t-il que l'association régionale est revenue sur sa décision et que le coureurs élites de la région pourront faire le critérium de Jonquière demain. J'espère que c'est vrai, l'inverse est discriminatoire et ne fait aucun sens de toute façon.

Commentaires

Sylvie a dit…
J'ai découvert ton blogue il y a quelques jours et je le trouve très intéressant.

Félicitation pour ton contrat à la SRC. Ça m'a fait rire de te lire car je suis moi-même entrée à la station de Mtl à l'âge de 26 ans. Je n'aurais jamais cru mettre le pied dans cette boîte si tôt dans ma carrière. Je suis monteur vidéo. J'adore travailler pour la télévision publique.

Je te souhaite une belle saison de vélo!
lastchance a dit…
C'était David Maltais, Radio-Canada.

Nice!!!!
Anonyme a dit…
Salut David!
C'est une très bonne nouvelle que tu sois de retour avec nous au mois d'août! Profites de ton été d'ici là! On se croisera probablement dans la semaine de la Coupe des nations...

À bientôt!

Vicky B.

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…