Accéder au contenu principal

Get a life!


On dit souvent que ceux qui tiennent des blogues n’ont pas de vie. Effectivement, la semaine dernière, je me suis trouvé autre chose à faire et voilà pourquoi je n’ai pas écrit depuis six jours.

Sinon, les intervalles de mardi et jeudi se sont encore déroulés dans des conditions merdiques mais je pense que ce fut quand même payant. Sortie relaxe mercredi soir en vélo dans la ville et vendredi soir j’étais déjà parti pour Blainville.

Je suis monté avec Stéphane et on s’est rappelé nos beaux souvenirs de voyage des dernières années. C’est une autre saison qui commence, mais on est maintenant rivaux sur le vélo. Advienne que pourra, ça change rien!

Nous sommes allés dormir chez Antoine Duchesne et le trépied gagnant du Saguenay était réuni pour le week-end! Petite sortie relaxe durant un samedi très chaud constitué de plusieurs siestes et d’une incapacité à écouter la cassette de Paris-Roubaix. Tony nous avait ramené ça de France, mais le vidéo marchait pas… Pour une prochaine fois, je l’espère!

On s’est couché tôt et après une grosse semaine de stage, je me suis réveillé dimanche matin complètement neuf. On a pris la direction de Sainte-Martine, lieu de mon comeback en courses de vélo!

Avant le départ, distribution de plus de vêtements, photos pour le site internet. Comme dit le capitaine durant le meeting d’avant course, «nos dirigeants ont fait leur job cet hiver et jusqu’à aujourd’hui. Maintenant, c’est à nous de jouer». J’aurais pas pu mieux résumer la situation. Tout est prêt, on peut commencer. Bonne saison 2009!

La course n’a rien eu de très excitant. Mon rôle était de couvrir le plus de «coups» que possible dans les premiers tours. Rien de trop dépaysant pour moi! La bonne échappée est partie dans le premier tour sans même que je m'en rende compte...

J’ai fait de mon mieux dans mon travail jusqu’à ce que ma roue arrière se détache en pleine accélération au début du troisième tour sur 8. J’ai été quitte pour une bonne frousse et j’étais convaincu que ma course était terminée. Je ne voyais pas remonter le peloton tout seul.

Personne n’est venu m’aider et je suis revenu comme un grand étant donné que ça ne roulait pas super fort..

Le reste de la course fut contrôlé par l’équipe Planet Energy. Ceux-ci souhaitaient revenir sur l’échappée. Martin Gilbert y était initialement, mais est retourné avec le peloton suite à une crevaison.

Cette équipe pro a bien failli jouer un vilain coup au peloton. Au terme des 4e et 5e tour, ils ont accéléré le rythme dans un portion de vent trois quart face, obligeant le reste du peloton à rouler en file indienne. Ça faisait des trous partout en arrière et nous nous sommes retrouvés une dizaine de coureurs isolés à l’avant les deux fois. Je n’ai pas manqué le bateau à chaque fois. Étant donné que nous avions un homme devant, moi et mes coéquipiers (la première fois et moi seul la deuxième fois) ne prennaient pas de relais.

Même si j’en avais vraiment envie… j’aurai ben en masse le temps de me défoncer sur vélo!

Finalement, c’était n’importe quoi cette course et le dernier tour était démotivant avec plein d’attaques bidons qui se succédaient. J’ai fait ma part dans ce gâchi honteux et finalement ça ma coûté une bonne place au sprint alors que les crampes habituelles du début de saison ont réapparu. Mais à quoi bon, dans le plan, c’était pas moi le gars qui sprinte. On voulait que je finisse détruit, ce que j’ai fait même si ça ne paraît pas toujours dans mes écrits.

L’équipe avait un gros effectif et on a pas vraiment assuré dans la couverture des «moves» qui partaient au dernier tour. De mon côté, je considère avoir fait mon travail plus quelques erreurs de style crampe-au-cerveau-j’ai-pas-regardé-devant-et-je-suis-en-train-de-chasser-mon-équipier!

On va sans doute s’ajuster prochainement et on gagne quand même la course grâce à Capitaine J-F qui a livré la marchandise. Je suis bien fier de lui. Quant-à-moi, j’ai encore du travail mais je suis assez satisfait.

C’était beaucoup moins difficile que l’an dernier pour moi et j’ai été un peu plus en mesure d’aider mon équipe sur ce parcours. L’an dernier, je ne trouvais jamais la bonne chose à faire à Sainte-Martine. On dirait que c’est pas vraiment un parcours où l’on peut gagner en équipe.

La semaine prochaine, c’est Brossard, on saura mieux contrôler la course et j’ai confiance en mes jambes.

D’ici là, je retourne à mon stage pour cinq jours et j’espère être diffusé comme mardi dernier. Quelle belle expérience, ça s’est très bien déroulé sauf que je ne reconnais pas ma voix.


Le lien est ici. Choisir la date du 21 avril et c'est à 14 minutes 58.

peace

Commentaires

Samuel Tremblay a dit…
Félicitations monsieur Maltais!

Malheureusement, je m'attendais à plus! J'imaginais déjà, demain, mon premier article aux sports qui se retrouverait à la une:

"Maltais, champion à Sainte-Martine!"

Mais bon, j'suis certain que t'as fait du bon boulot, et puis la saison est jeune. Je ne suis pas inquiet que j'aurai l'occasion de relater tes exploits très bientôt...

Samuel Tremblay
Humble journaliste.
Anonyme a dit…
C'est cool Tease, cool en criss.

Bonne saison pis...ah oui, je l'ai écouté LIVE le Paris-Roubaix à la job. Il passait à VERSUS.

P.S. J'sort PM j'vais aller sur l'île Sainte-Hélène, et ce, même si tu m'a dit que c'était plate.

P.S. Ils annoncent 29 à montréal!!!

JS
Anonyme a dit…
l'échappée est parti au premeir tour
David Maltais a dit…
ouais c'est ben vrai ça!

Je me suis confondu. C'est parce que je l'ai su au troisième tour seulement!

C'est corrigé
Anonyme a dit…
moi mon frere ma soeur, jeune handicapé on lis ton blogue et on trouve sa ben bon.. lache pas
one love les rue sont animée

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…