Accéder au contenu principal

Contrôles toujours aussi bidons



On apprend aujourd'hui que Davide Rebellin était dopé aux Jeux Olympiques l'été dernier.

Qui s'en serait douté? Il courait l'an dernier pour Gerolsteiner, Diront certains.

Ce n'est pas mon opinion personnel.

 Bien que je n'ai jamais aimé le coureur, je me disais que courir pro depuis 1992 sans le moins précédent en matière de dopage était un signe de propreté.

Semblerait-il que le cyclisme est toujours aussi gangrené par le dopage. J'imagine toujours la situation avec réalisme. Mais lorsque j'en parle avec de vrais connaisseurs et que je lis l'actualité, je me rend compte que je suis finalement un optimiste. 

Vous savez que ceux qui disent que tous sont dopés passent pour des jaloux et des pessimistes, justement. On dit qu'un pessimiste est un optimiste bien informé. À mon sens, c'est en plein ça et je tend de plus en plus vers le pessimisme!

Report des Pan-Am

La grippe porcine, sur laquelle je fais des reportages depuis hier, a forcé l'annulation des championnats panaméricains route et piste qui devaient se tenir à Chihuahua, ville du même nom que le petit chien laid qui a d'ailleurs récemment inspiré un film.

Dommage pour mes potes Stéphane Cossette (vitesse par équipe), Jean-Michel Lachance (poursuite individuelle) et David Boily (course sur route moins de 23 ans) qui devront attendre encore un peu avant de vivre cette belle expérience sous les couleurs du Canada. 

J'étais bien triste pour eux hier soir. Maintenant que je sais que l'épreuve est remise et non pas annulée, je me dis qu'ils pourront quand même voir les fruits de leurs efforts du dernier hiver. Des efforts que je n'ai personnellement pas déployés.

Étant donné que David et Jean-Michel sont mes coéquipiers, ça va renforcir l'équipe en ce début de saison! et il faudra surveiller Cossette!

Par ailleurs, le site web de notre équipe est en ligne, allez y jeter un oeil. Mettez-ça dans vos favoris, ce sera à jour souvent! Si on tape le nom du team sur google, ça vous amène sur mon blogue avant ce site. Je suis trop hhhhot... non sérieux, je pense que ça va changer d'ordre bientôt. Dès que quelques visiteurs iront sur notre belle page!

En terminant, j'aime bien cet extrait du texte de Pierre Foglia dans la presse de ce matin. Je ne suis vraiment pas un fan de hockey et je pense que ça résume bien mon opinion sur ces cons et Carey Price dans ce cas-ci:

"Je vous entends: il n'a que 21 ans. Dany Dubé nous a même arraché une larme en ajoutant: c'est un enfant. L'enfant nous a dit qu'il allait trouver l'été bien long: «franchement je ne sais pas ce que vais faire de mon été!» Pauvre petit bonhomme. What about a trip autour du monde pour voir un peu le monde... La Chine, l'Inde, le Moyen-Orient, l'Afrique. Tu vois le garçon là-bas avec une lumière sur le devant de son casque? Il s'apprête à descendre dans la mine. Il y travaille depuis deux ans. Il a 16 ans. Lui c'est un enfant, lui."

Faut être vraiment être un trou de cul pour oser dire à un peuple en crise économique qu'on est milionnaire et qu'on sait pas ce qu'on va faire de son temps!

Advienne que pourra, y'a rien à faire avec du monde comme ça...

2610 km

Commentaires

Louis M a dit…
Ben d'accord pour ces chers joueurs de hockeys déconnectés de la réalité.


Pour ce que est de Rebellin... après coup on se rend compte que ce gars a toujours été très low profile et qu'il gagne seulement quand c'était important (dans son cas les classiques ardennaises), un peu à l'image de Jeanson...

À quand les frères Schlecks?
David Maltais a dit…
Les frères Schleck... tout bon pessimiste sait très bien la réputation à l'interne concernant ces coureurs et même leur père...

Je leur donne 2 ans, GROS MAXIMUM

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…