Accéder au contenu principal

Chez Probikepool.com-Kuota en 2009!


Cet article a été écrit en novembre dernier. C’est maintenant le bon moment de le publier en même temps que le dévoilement du nouveau look de mon blogue :P

C’est maintenant officiel, je courrai pour la formation québécoise Probikepool.com-Kuota présentée par Énergie à ma deuxième saison chez les seniors. Cette compagnie de vélos italiens commandite depuis plusieurs années déjà au Québec la formation Sleeman, autrefois appelée Gypco-Télé-annonces. Une deuxième équipe était toutefois supportée par Kuota l’an dernier, la petite formation de la région de Québec, Apogée-Kuota. Ces deux équipes vont unir leurs forces en 2009. La formation sera donc aux avant-postes dans toutes les courses québécoises, que ce soit aux mardis cyclistes de Lachine ou encore sur les courses du calendrier provincial et peut-être même le Tour de Beauce, mais ça reste à voir :S.

L’équipe est composée de 13 coureurs généralement membres des deux équipes fusionnée la saison dernière. 4 cyclistes courraient pour d’autres formations en 2008. Jean-Michel Lachance arrive de chez Volkswagen alors que je suis le seul ancien d’EVA-Devinci à me joindre à cette équipe. Un coureur Français aux études à Montréal, Hugo Pradere, s’ajoute également à l’effectif. Quant à Thierry Laliberté, il délaissera les couleurs son club de Bromont pour venir ajouter ses watts à la fusée à étage qui conduira Jean-François Laroche au sommet du podium aux mardis de Lachine.

Nous aurons un bon mélange d’expérience et de jeunesse alors que notre coureur le plus âgé frôle la quarantaine et le plus jeune n’a pas encore 19 ans. Je suis le deuxième plus jeune de l’équipe. Nous avons des coureurs excellant dans tous type d’épreuve, que ce soit au contre-la-montre, dans les courses très longues, ou encore sur les critériums et les épreuves montagneuses. Bon, il ne faut pas oublier que les équipes Volkswagen et Planet Energy auront de très bons alignements en 2009, je crois que la lutte sera intéressante.

Quant à moi, les dirigeants sont venus me chercher en raison de ma capacité à travailler pour l’équipe. Certainement pas en raison de mes résultats en 2008! Mon rôle sera donc le même que l’an dernier. Je vais toutefois tenter d’être beaucoup plus efficace, de ne pas être «bonké» dès le mois de mai. Prudence à l’entraînement, donc. En respectant mes limites dans ma préparation, je crois que cette saison 2009 marquera mes vrais débuts sur route. Après une année d’adaptation suite à mon changement de sport à ma deuxième saison junior, suivi d’une année de transition de junior à senior, je crois que l’an prochain, je serai de plus en plus capable de faire la course et de moins en moins obligé de la subir.

Inutile de vous dire que je suis assez fier d’avoir trouvé ma place dans une équipe de ce calibre. Même si EVA-Devinci était une formation avec plus de moyens, il faut dire que j’y étais seulement pour des raisons politiques, puisque les intérêts régionaux finançant l’équipe exigeaient la présence de coureurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean dans l’alignement. Qu’à cela ne tienne, j’aurais été fou de ne pas en profiter! J’ai maintenant ma place dans une équipe élite provinciale, but que je m’étais fixé lors de mon transfert en route en 2007. Il faut dire qu’EVA m’a facilité la tâche, me donnant beaucoup d’exposure et je les en remercie. Je me tourne maintenant vers ce nouveau défi. Une équipe qui n’était pas obligée de m’offrir une place et qui reconnaît ma valeur, c’est le rêve pour moi. L’ambiance dans l’équipe est géniale et on nous promet déjà que l’on va passer nos meilleures années sur un becyk. Je n’en doute pas et de toute façon, l’expérience de 2008 n’est pas dure à battre. Mes nouveaux coéquipiers semblent très sympathiques et motivés et très humbles, pas comme certains de mes collègues l’an dernier. Selon moi, le meilleur reste à venir et ça commence dès ce week-end à Sainte-Martine.


La sortie relaxe de samedi après-midi fut géniale et j’ai adoré mes nouvelles pédales speedplay. TANT mieux mais TANT mieux!! Dimanche était une grosse sortie. Deux heures en montant à bon rythme dans le parc des Laurentides. J’ai retourné sur mes pas à 15 km de la fourche de la route 169. Le retour fut difficile, tout comme l’arrivée à la maison d’ailleurs. Le bain de glace a été nécessaire, j’avais beaucoup de difficulté à marcher et à respirer correctement. 3h30 à 3 degrés, ça fait pas bien à la gorge. Ça prend des couilles pour s’entraîner au Saguenay, mais là je commence à en avoir ma dose d’avoir des couilles!

Tous ces gros entraînements solitaires sont derrières moi pour un bon bout maintenant puisque le stage continue en semaine et les week-ends feront place aux compétitions ou aux tests à l’UQAC.

Parlant de stage, on m’a dit que je serais diffusé aujourd’hui au bulletin de 18 heures. En raison de problèmes techniques concernant les salles de montage, je passerai demain finalement. J’ai donc gagné la confiance de mes patrons au cinquième matin de mon aventure à Radio-Canada. Tout ça va très vite et c’est inespéré, mais c’est pas moi qui va s’en plaindre…

2330 km

Commentaires

PIERRE-LOUIS a dit…
OHH LES GROSSES DÉCLARATIONS...C'EST PAS MAL HOT TON ÉQUIPE, JE TE SOUHAITE UNE BONNE SAISON, ÇA L'AIR A BIEN ALLER EN CE DÉBUT DE SAISON(y)

BONNE COURSE À STE MARTINE(CHEZ NOUS) EN FDS! ...Y VA AVOIR DES GROS NOMS,BONNE CHANCE

PS: TON BLOGUE EST VRM INTÉRESSANT
Anonyme a dit…
c bon sa dave.. jaime bien linterface.. pi jaime la fusée a étage aussi mais a legalera jamais celle de VW:P

coss
Anonyme a dit…
oh dave le davidmaltais.blogspot.com est rendu vraiment très tight tout comme ton maillot

NO CHAIN
Jean-Simon a dit…
Selon mes infos, les GRANP PRIX IGA DE SAINTE-MARTINE débute sous peu. J'te souhaite bonne chance pour le début de l'année.

Ton travail acharné a payé et on va voir les premiers résultats de ça aujourd'hui.

Oublie pas de te raser les jambes et fait attention à Czeslaw Lukaszewicz.

YOYO

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…