Accéder au contenu principal

Anniversaire à oublier


Il y a un an, je rentrais à l'urgence. C'était le début de trois semaines d'enfer durant laquelle je voyais bien que tous les efforts de l'hiver n'avait finalement servi qu'à me brûler complètement...

La saison qui suivie en fut une d'enfer comme vous l'avez vu sur le blogue. En fait, mes écrits n'ont peut-être pas toujours transmis toute la douleur et l'épuisement ressentis durant cette campagne. Sûrement parce que je voulais rester positif.

Lorsque j'étais à l'hôpital, je pensais que je ne redeviendrais jamais normal. Pourtant, je n'avais rien, pas même une infection. C'est pour dire combien il doit être terrible d'être vraiment malade.

Mes prises de sang n'indiquaient rien d'anormal. Sauf que j'ai été deux semaines sans aller à la selle (autant sur la toilette que sur la route d'ailleurs).

Une fois que l'école fut terminée, j'ai pu relaxer et souffrir abondamment sur mon divan, sauf que je n'avais que cela à faire, c'était déjà mieux... Je peux encore dire merci à ceux qui sont venus me voir dans mon salon quand j'avais l'air d'être en train de crever. Les seuls moments où j'avais moins mal au ventre.

 À ce moment là, personne, ni même moi, ne pouvait s'attendre à ce que je revienne au niveau senior 1-2 cette année. J'arrêtais pas de dire que je serais correct, mais j'étais loin de me croire...

Le 20 mai, j'étais redevenu normal, mais avec un niveau de forme d'un cadet moyen. J'ai donc raté le Tour de Beauce pour lequel je m'étais préparé toute l'hiver. 

C'est bien ça, le problème. Alexandre Lavallée savait dès le départ qu'il n'amènerait aucun coureur de première année en Beauce. Une décision que je partage tout à fait.

SAUF QU'IL NE ME L'A JAMAIS DIT

C'était bien ça le problème dans cette équipe. Nous avions toutes les ressources matériels, le rêve quoi!

Sauf que les ressources humaines sont essentielles, et elles y étaient absentes. La communication, personne ne connaissait cela chez Eva.

Un an plus tard, je suis bien content d'avoir continué à pédaler et de pouvoir oublier cet épisode. J'en ai tiré des leçons et je me rappellerai longtemps de ceux qui m'ont supporté et de ceux qui ne sont là que lorsque tout va bien.

2715 km

Commentaires

Anonyme a dit…
En effet c'est un anniversaire à oublier...
Moi aussi,je me demandais qu'est-ce qu'il t'arriverait!
Finalement la passion a pris le dessus et tu t'es rétabli. Une saison difficile mais c'est l'expérience qui rentre.
Tu n'as que 19 ans et beaucoup d'années encore devant toi. Tu as réussis tes études collégiales(A.T.M.), donc c'est déjà beaucoup...
Tu iras à l'Université cet automne en droit et c'est o.k. D'autres horizons s'ouvrent à toi...
Ce n'est pas évident de combiner le tout, mais tu as su le faire et cela te sera bénéfique toute ta vie...
Continue à bien travailler...
Ta fan préféfée...
tony the tiger a dit…
houuuuuu c une fan elgros, te p-e des chancesssssss
Anonyme a dit…
Merci d'avoir un blog interessant

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…