Accéder au contenu principal

La fin du camp

Voilà ! Nous sommes de retour à Sherbrooke pour la deuxième moitié de session.

Même si dame nature ne nous a pas offert une aussi belle température que l’an dernier à pareille date, on peut dire qu’on a été très chanceux, compte tenu du fait que nous sommes arrivés à Oswego dans la tempête de neige lundi et que nous sommes repartis hier, dans la tempête qui tombe sur le Québec ce matin !

La journée de samedi nous a offert beaucoup de pluie et un gros 6 degrés celcius. Je suis donc sorti pour tester mon nouvel équipement imperméable avec Fred et la grosse Carole.

On a rapidement vu qu’on ne ferait pas long feu, on a donc pesé sur le gaz durant la grande majorité de l’unique heure que nous avons passée dehors.

Ça nous a fait une bonne intensité, ce que nous n’avions pas vraiment fait cette semaine, à l’exception de l’éclatement au demi-marathon de la veille.

C’était donc la fin d’une grosse semaine pour tout le monde. De mon côté, avec le pentathlon que j’ai disputé au début du congé, je suis bien content que ce soit terminé.

Avec les mains engourdies à cause du froid depuis 10 jours, je vais certainement leur donner le temps de s'en remettre pour de bon maintenant.

C’est évident que nos meilleures années d’athlètes s’en viennent. Notre capacité de récupération ne cesse d’augmenter. Chaque jour, je sentais que je n'avais rien fait la veille. Il faut aussi considérer le fait qu’on ne se tanne pas en pratiquant trois sports en alternance !

Après le travail, le fun ! En après-midi, c’était l’heure de partir pour Syracuse et aller voir une partie de basketball de la NCAA division 1. Les Orangemen ont mis une volée à l’équipe de DePaul.

Nous avions de super bons billets ainsi que des passes VIP pour la bière et la bouffe gratuite. Merci beaucoup à Luc qui nous a procuré tout ça. On est gâtés pourris ! Peut-être un peu trop parce qu'on ne marchait plus droit à la fin!

Fred, Pat the rag et moi étant d’anciens joueurs de basket, nous avons trippé très fort de voir une partie de ce niveau et tout ce qui l’entoure. On bien rit !

On a fini avec une belle soirée en ville et c’en était fait de notre semaine de relâche. Encore une fois, merci beaucoup beaucoup à Johanne et Luc pour cette autre superbe semaine que nous n’oublierons pas de sitôt.

Maintenant, c’est le retour à la vraie vie. Probablement que je ne donnerai pas de nouvelles avant longtemps puisque j’ai pris du retard à l’école et parce que le sport sera quasiment absent de ma vie cette semaine. J’ai besoin de repos et ma prochaine course est… en juillet BOOM !! parlez-moi de ça, peaker à la fin du mois d'août, le seul objectif de la saison. Pas de stress.

C’est mon premier printemps où je n’ai pas à mélanger la fin d’école avec le début des courses de vélo. J’en profiterai donc un peu et pour le reste, je vais courir et surtout nager comme jamais !

Dans deux mois, je suis en voyage, on lâche pas !!

Commentaires

Anonyme a dit…
Tu es vraiment gâté mon David avec mon cousin Luc et ma cousine Johanne.

Je crois que Fred a encore pris quelques centimètres. Est-ce possible ?

Ton blogue est vraiment agréable à lire.

Amicalement.

Roger Filion

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

S'améliorer sans s'entraîner, 1ere partie: La lecture

Comme athlète, nous devons toujours nous améliorer. 
Avec les années, c'est difficile. Qu'est-ce qui arrive quand on a fait le tour d'un ou de plusieurs sports?
Pour ma 17e saison de sport d'endurance, je voulais faire ça différent, ou pas du tout. 
M'entraîner plus ou mieux? Non... plutôt l'inverse.

Laissez tomber vos capteurs de puissance et autres gadgets futiles. Seul votre esprit est requis ici.
DOSSIER SPÉCIAL: S'AMÉLIORER SANS S'ENTRAÎNER
Première partie: La lecture 👀

Le marketing sportif d'aujourd'hui nous enseigne que l'on peut toujours en faire plus. Ceux qui travaillent plus fort gagneront. Mais qu'arrive-t-il quand la motivation et la discipline ne sont pas un problème? Qu'est-ce qui se passe quand te lever du divan est plus une délivrance qu'une pénitence? Et bien tu t'entraînes tout le temps, parfois trop.
Une bonne soirée d'automne 2017 autour de quelques verres de disaronno, l'éminent Mathos Mélangé-B…

S'améliorer sans s'entraîner, 2eme partie: La jachère

Comme athlète, nous devons toujours nous améliorer. 
Avec les années, c'est difficile. Qu'est-ce qui arrive quand on a fait le tour d'un ou de plusieurs sports?
Pour ma 17e saison de sport d'endurance, je voulais faire ça différent, ou pas du tout. 
M'entraîner plus ou mieux? Non... plutôt l'inverse.

Laissez tomber vos capteurs de puissance et autres gadgets futiles. Seul votre esprit est requis ici.
DOSSIER SPÉCIAL: S'AMÉLIORER SANS S'ENTRAÎNER
Deuxième partie: La jachère

La jachère est un terme d'agriculture qui réfère au repos des terres agricoles. Les fermiers laissent toujours un secteur vacant durant une saison, sans y cultiver quoi que ce soit. C'est l'occasion pour la terre de reprendre des forces, de combler le manque en sels et minéraux etc.

En sport d'endurance, tout ce qui est prescrit, ce sont quelques semaines de repos par année. Ça dure entre 5 et 7 jours. On te donne un off-season de 3 semaines en octobre ou novembre et p…