Accéder au contenu principal

Retour progressif

La situation s’est beaucoup améliorée depuis ma dernière visite sur le blogue. Mon état a finalement empiré vendredi soir à mon grand désarroi. J’ai encore passé une nuit d’enfer après quoi je suis retourné à l’hôpital où l’on m’a prescrit encore plus de médicaments qui ont fait effet dans les jours suivants. 6 heures d’attente pour me faire dire de me reposer encore, donc. Mais tant qu’à attendre 6 heures sur mon divan, aussi bien le faire sur celui de l’hôpital !

Je me sentais mieux le lendemain, j’ai repris le vélo pour la première fois en neuf jours. Ce fut bien, mais sans plus. Ensuite, un petit passage à la course régionale au parc industriel de Chicoutimi m’a permis de prendre quelques photos et de voir des gens. Ce fut une belle journée qui s’est terminée à la cage aux sports avec quelques petits maux de ventre encore…

Je me suis ensuite remis sur pied progressivement tout au long de la semaine et j’ai pu faire 2 bons entraînements mais aussi plusieurs sorties relaxes pour ajuster mes nouveaux vélos small très confortables et pour ne pas recommencer la grosse besogne trop rapidement. Ce n’est que ce week-end que je revenais au vrai entraînement. Je me suis donc pointer à l’hôtel de Portneuf vendredi soir avec tout mon bagage pour mon déménagement à Bromont après ce Grand-Prix de Saint-Raymond de Portneuf qui promettait d’être difficile pour moi, qui n’a fait aucune intensité depuis 3 semaines.

Le premier rendez-vous de cette épreuve par étape consistait en une course sur route se déroulant sur un parcours très semblable a celui définissant l’événement d’une journée tenu à cet endroit l’an dernier. Une boucle quelque peu ondulée d’une douzaine de kilomètres autour d’un lac nous attendait donc. Nous avions une bonne et nombreuse équipe sur place et espérions bien faire au terme de la fin de semaine. Mon rôle dans cette course était de suivre les tentatives d’échappées en début de course, ce que j’ai eu beaucoup de difficulté à faire étant donné mon manque de vitesse flagrant. J’ai donc fait de mon mieux et j’ai terminé avec le temps du peloton, en dernière position.

L’après-midi fut le théâtre d’un sommeil profond témoignant de mon difficile retour dans le feu de l’action. Un contre-la-montre de 10 kilomètres avait lieu en soirée. J’y ai fait piètre figure, étant incapable de pousser de gros braquets efficacement. Je suis parti pour une courte nuit de sommeil précédant le départ très matinal de l’épreuve sur route de dimanche matin.

Je me sentais mieux durant cette course et j’ai été un peu plus en mesure d’aider l’équipe dans le rôle qui m’était assigné. Par contre, ce fut encore une fois difficile. J’ai fait partie de quelques tentatives d’échappées, sans toutefois être capable d’y rester. Je n’étais tout simplement pas prêt à faire ça, mais mieux vaut avoir des remords que des regrets. J’ai finalement dû abdiquer après 90 kilomètres environ, étant lâché dans l’une des petites difficultés du parcours.

Tout cela s’est donc terminé en queue de poisson, mais je suis tout de même satisfait de ce retour, compte tenu des circonstances. J’ai aussi beaucoup apprécié le soutien de mes coéquipiers mais aussi de quelques collègues du peloton qui n’ont pas hésité à me donner une petite poussée ou un bidon lorsque j’étais dans le rouge ou encore assoiffé.

Côté stratégie, j’ai beaucoup appris durant le week-end. Le fait d’avoir le directeur sportif dans le peloton durant la course permet beaucoup de communication et ainsi d’éviter l’apprentissage de mauvais réflexes en course. J’apprends beaucoup à chaque départ, ce n’est après tout que ma deuxième saison sur route. Il faut aussi dire que ma première campagne sur le bitume fut davantage constituée d’auto pédagogie que d’autres choses.

Je suis maintenant installé au chalet de l’équipe à Bromont. Il est très confortable et spacieux. Après une amère défaite au Monopoli hier soir, je vais maintenant débuter une grosse semaine d’entraînement en prévision du Grand-Prix de Charlevoix. Au niveau des courses, nous irons faire un petit critérium régional à Sherbrooke ainsi qu’un provincial dans le centre-ville de Montréal dimanche prochain. De mon côté, j’irai peut-être faire mon début de saison en vélo de montagne à la Coupe-Québec du Mont-Tremblant, mais tout cela reste à suivre…

Commentaires

Louis a dit…
La forme va revenir c'est juste une question de jours. J'irai peut-être faire un tour vous voir à Charlevoix si je travail pas
Anonyme a dit…
La forme va revenir!! j'en suis sur!!Tu vas le voir toi meme!!l'explosion va se faire sentir sans que tu t'en apercoive!!Lache pas pitou!!!Jepense a toi!!Ne m'oublie jmais non plus!!encourage moi et tu vas pouvoir compter sur mon appui!!!
bye pitou!!
xxxxxx
simon a dit…
Envoye ma beaute!!La forme va revenir!!!Tu es tellement beau presentement avec ton portable,tojours e train de travailler sur tes textes de journaliste!! lache pas!!! t es dans la bone direction!!
ton prefere

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…