Accéder au contenu principal

Le Vélirium, un classique


Ça fait quelques jours que je suis un peu déconnecté de la réalité avec ce super week-end au Mont-Saint-Anne.

Beaucoup de plaisir et de retrouvailles furent au menu. Je me suis même surpris dans les sections techniques lors de ma course de vendredi. Les passages technique, c'était ma faiblesse éternelle en vélo de montagne. Je suis moyen maintenant. Tout un contraste avec la veille, alors que je me plantais partout, conséquences de 11 mois sans rouler dans les bois.

C'était plutôt les montées qui me donnaient du fil à retordre cette fois-ci. Je ne suis pas encore revenu de ce passage à vide que fut le mois de juillet en général. Qu'à cela ne tienne, j'ai pu tenir un bon rythme toute la course et je me suis bien amusé même si c'est toujours aussi difficile, le vélo de montagne. 

C'est toujours aussi sympathique et relax. Remarquez, par contre, que je n'ai pas à me plaindre non plus cette année avec ma super équipe de route! 

La fin de semaine a donné lieu à quelques moments forts:

- Discussion entre deux chaperons anti-dopage de L'UCI: 

Le premier au second: "Eille, faut-tu suivre les coureurs du moment qu'ils finissent la course jusqu'à la fin du contrôle ou ben ils vont venir nous rejoindre dans la salle de contrôle??"

Le second: "Eeeeh je sais pas trop là"

Pas fort, c'est quasiment incroyable...

- La découverte d'un colocataire de mon condo qui a passé la nuit à dormir dans le bain. Aaaah vous savez, la boisson...

- La discussion nostalgique avec mon ancien coach Jude Dufour:

Jude: "C'est bon de te revoir. On a passé du bon temps au sport-étude. T'étais un bon jack, tu mettais une bonne ambiance, t'étais un bon rider." 

Dâvid: Voyon donc, arrête de parler à l'imparfait, jsuis pas encore mort lâ!!!

- Jude qui souligne mon sens organisationnel développé: "C'est toi le gars qui a essayé de rentrer 4 becyks puis 4 coureurs dans une Honda accord pour aller faire les 12 heures de Saint-Félicien??

ahahahaha

- Plein de gens de la Coupe Québec disent lire mon blogue. Woah, je ne pensais pas que ça dépassait les frontières du vélo de route.

 Hey bien, tant qu'à y être, je lance un scoop de mountain bike: Sébastien Tremblay, dit "la mouche" prépare un come-back très bientôt, reste à savoir quand. Peut-être le verrons-nous sous peu aux Mardis de Lachine pour prendre un peu de vitesse avant la bouette!

- J'ai expérimenté l'écoute du Tour de France en groupe de dix personnes. Ça donne lieu à de drôles de discussions. Plusieurs "mountainbikers" sont d'ailleurs convaincus que Bernard Vallet est au Canal Évasion parce que plus personne ne veut de lui en France. 

Je suis entièrement d'accord..."entièrement d'accord, oui oui, indiscutablement, mainant, mainant, les garçons, les garçons ont fait un sacré Tourrrfrance."  Bon ok j'arrête, le Tour est fini et on est débarrassé de lui. Pas grand chose à dire sur ce Tour d'ailleurs. Les médias ont dit ce qu'il y avait dire et encore une fois, je suis d'accord.

À part de ça, et bien y'avait beaucoup d'autres courses dans le monde du bike. 

Plusieurs solides performances au Championnats Pan-américains. Voilà que je dois un autre verre de scotch à Stéphane. Je devrais arrêter de parier sur ses performance, ça le motive trop. Content de voir que les multiples chutes du derniers mois ne lui ont pas trop nuit... Regardez-le sur le podium, à droite, l'air de se dire "Oua, oua, Dave vient de perdre 5 piaces :)"

J'avais promis à Joëlle Numainville que je parlerais d'elle sur mon blogue lorsqu'elle gagnerait. Voilà qui est fait. Une belle revange des Championnats canadiens. Finalement, il suffisait que la pédale à clip tienne le coup et hop, la médaille d'or!! Évidement, je dis n'importe quoi, c'est sûrement plus difficile que ça de gagner les Pan-am.

Bref, chapeau à tous nos médaillés et à mon coéquipier David Boily qui fait deux top 10, un sur route et un sur piste :O

Félicitations générales aux juniors québécois qui ont fait un excellent Tour de l'Abitibi, à ce que j'ai pu voir.

Il ne faut pas passer sous le silence non-plus les épreuves québécoises du week-end en Gaspésie. Dommage que peu de gens se soient rendus sur place. Je suis aussi en tort que les autres avec mon week-end en vélo de montagne. Presque que tout le monde se trouve une excuse pour ne pas participer aux nouvelles courses du calendrier, surtout lorsqu'elle sont éloignées. 

Ça me fait étrangement penser au Tour de Québec 2008... mauvais timing (abitibi-pan-am, vacances, etc.) et manque de volonté de ceux qui, comme le soulignait Jean-François Racine, n'hésitent pas à courir aux USA et faire des heures de route tout en soutenant que la Gaspésie, c'est trop loin. Pffff, même distance. 

C'est pourquoi j'encourage Juan Marco, un lecteur du blogue, et toute son équipe à continuer l'année prochaine. De mon côté, je vais tenter de faire ma part en me pointant là-bas...

En attendant 2010, reste la saison 2009 à finir. L'objectif de notre équipe est le maillot jaune à Lachine et la course de demain pourrait changer bien des choses. 

C'est aussi la belle classique Montréal-Québec dimanche et on vise les grands honneurs de côté-là également. C'est donc une semaine importante pour mon équipe mais aussi pour moi. C'est presque ma dernière de la saison, puisque je recommence à travailler au Saguenay dès lundi prochain pour deux semaines.

Je suis d'attaque pour bien remplir mon rôle cette semaine. On s'en reparle

Commentaires

Max Maltais a dit…
Ça veut bien dire ce que ça veut dire
Louis M a dit…
tu ressorts tes vieilles photos!

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…