Accéder au contenu principal

Grand prix de Brossard

Photo: Pasquale Stalteri Photography, all rigths reserved
Et bien, je suis en avance sur l'année passée!

Il y a un an, j'étais largué dans le vent après 40 minutes à Sainte-Martine, une course sur route.

Aujourd'hui, 4e sur un critérium. Hey ben, tant mieux!

Je ne comprend pas trop ce qui s'est passé. C'est certain que je m'entraîne fort en ce moment, mais pas plus que d'habitude à ce temps-ci de l'année.

Je suis venu à Brossard aujourd'hui pour faire de la vraie vitesse, pour faire changement des longs intervalles sur mon vélo de contre-la-montre.

L'objectif était de finir la course dans le peloton, de ne pas me faire larguer.

Finalement, ça roulait vite comme prévu et j'étais dans l'allure.

Pas assez pour bien participer aux échappées, ni pour vraiment m'impliquer dans la course.

J'étais sûrement capable, mais je profitais de ma première course que je fais pour moi-même depuis plusieurs années. Je me cachais du vent et c'était assez facile.

J'ai regardé cette course se dérouler, avec plein de Garneau dans l'échappée, l'équipe Médique qui a bien travaillé pour les rattrapper juste à temps. Rien pour empêcher Simon Lambert-Lemay de nous détruire au sprint même s'il avait fait partie de cette échappée. Chapeau!

J'ai su qu'il restait 3 tours et j'ai tenté ma chance, sauf que cette fois, je n'ai pas été coincé par des coureurs, je n'ai pas manqué d'énergie et tout a bien été.

Je m'en allais vers mon premier podium élite provincial à vie avant de me faire sauter sur la ligne par le wheelie de mon ancien équipier Jean-Sébastien Perron. Quelle photo de Pasquale Stalteri: Nos roues ne touchent pas au sol!!

Bon, ce n'est pas la fin du monde, j'ai acheté ma licence à 15h cet après-midi et elle est déjà payée avec l'argent de la bourse!

Je me couche satisfait, en me disant que finalement j'avais peut-être tort: l'université et le travail au bar ont peut-être nuit à mes performances sportives depuis que j'ai quitté les rangs juniors.

Mais bon, c'est juste un crit.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…