Accéder au contenu principal

Lyne Bessette: quand le vélo devient ton mode de vie

Le grand public a connu Lyne Bessette, l'olympienne en cyclisme, au tournant du présent millénaire. Elle a connu une grande carrière chez les professionnelles qui dura plus de 10 ans.

Mais depuis qu'elle a cessé de courir chez les pros, c'est le monde du vélo qui découvre la vraie Lyne Bessette: Celle qui participe à des événements en tout genre, qui roule encore à bloc avec les pros à l'occasion, qui organise des rides de fou, celle qui parle à tout le monde et qui fait toujours du sport par pur plaisir.

Lyne est dans le Team Gris depuis le début. Ce n'est pas une équipe, c'est un style de vie et elle mord dedans à fond. Elle a eu la gentillesse de nous écrire les mots suivants. Bonne lecture!


Check ça! Sans les mains!

Je suis grise.

Ca fait un bon bout de temps que je fais du vélo... Depuis que je suis petite dans la rue en face de chez nous, avec mon frère, sur des béciks que mon père nous ramassait dans les poubelles pour les remettre à neuf.

Ça fait longtemps...

Depuis, je suis passée par une panoplie de vélos: avec siège banane, une barre de fille, des poignées mustang, un vélo de montagne pas de suspension, en acier, titane, alu, carbone et j'en passe.

Chacun de ces vélos m’a fait vivre quelque chose de différent. Que ce soit le plaisir de descendre une cote attachée par les guidons avec mon frère... Monter la côte en avant de chez nous le plus vite possible, aller à l'école, faire des courses, voyager ou passer par-dessus des racines mouillées (je déteste).

Le vélo m'a fait vivre le stress, les pleurs, la joie, le questionement de soi, la détresse, l'aventure, les jeux olympiques.

À la base le vélo, c'est gris, c’est le plaisir, le dépassement de soi, la joie, la paix, les amitiés, l’entraide et le bonheur d'une certaine liberté.

Je suis de la tempe des gris, surtout que maintenant, je ne vis plus que pour le vélo, c'est devenu un mode de vie.

Quand j'ai arrêté de courir chez les pros, je n'ai pas pu arrêter tout ce qui m'a fait vibrer durant toutes ces années: Rouler, courir, s'entraîner en jouant dehors. 

Plusieurs athlètes arrêtent tout lorsqu'ils se RETIRENT de leur sport. Le mot retraite peut faire peur. Certains commanditaires laissent même tomber leurs athlètes dès qu'ils prononcent ce mot.

Je ne suis pas d'accord. La « retraite » permet de regarder devant, passer à autre chose, de changer un peu ou pas du tout, de partager notre passion du sport, d'essayer de nouvelles activités, de travailler plus, ou moins :), que lorsque vous étiez athlète. Ça permet de profiter de la vie d'une toute nouvelle façon.

La seule retraite que j'ai prise, c'est celle d'une carrière sportive qui exige la pratique d'un seul sport avec un plan d'entraînement précis. 

J'ai pris ma retraite de cette vie d'athlète pro qui rate de longues rides entre amis pour faire de l'entraînement spécifique.

J'ai pris ma retraite du temps perdu dans une chambre à hôtel avec les jambes dans les airs pour mieux récupérer en vue de la course de demain.

J'ai pris ma retraite des marches interdites parce que ça fatigue les jambes.

Lyne l'athlète passionnée, elle, n'est pas sur le point de prendre sa retraite. 

Je n'arrêterai pas de courir deux fois par jour parce que j'en ai envie, de courir après avoir roulé par je me suis inscrite à un triathlon extrême pour le fun. 

Je ne suis pas une retraitée des marathons de trail, des courses de cyclocross quand ça me tente de courir avec toutes ces jeunes filles impressionnantes. 

Je ne suis pas une retraitée des courses d'aventures, parce que c'est difficile et super trippant.

Je ne prendrai jamais ma retraite de cette vie active que j'aime.

Lyne

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…